Christiane, Damien, Luc et Julie

13 Ekim 2020 0 Yazar: sexhikayeleri

Christiane, Damien, Luc et JulieI.BonjourJe suis Christiane…Mariée à Damien depuis 20 ans, j’ai eu deux enfants, Julie 20 ans et Luc 18.Damien est routier, moi gestionnaire de planning d’hôtelSi dans mon couple tout va pour le mieux, je subis parfois les affres de la solitude, les enfants étant grands et libres, mais vivant encore sous notre toit, je me retrouve à rêver à d’autres ports.Mon village est agréable, très fleuri, et ma maison, le cadre que nous désirions, agrémentée par un jardin potager, de fleurs, de pelouses et d’une mare, je n’aime pas le strict gazon, mais plutôt une prairie arborée, agréable et accueillante en toutes saisons pour nous et la faune sauvage.D’ailleurs, c’est là que j’ai conçu Luc, avec Damien, dans la fraîcheur d’un soir d’été, abrités par les arbres, dissimulés par leurs frondaisons, mes râles étouffés par le cui-cui des oiseaux, le grésillement des grillons et le coassement des grenouilles…J’aime la nature, la vie…J’aime l’amour…Dans ce tableau idyllique, il manque le petit jardin secret qui a disparu et que j’essaie de faire renaître, en me connectant à des sites adultes où je trouve matière à passer le temps, retrouver ce jardin quelques minutes par jour m’aide à supporter, à rêver, à m’évader…Si ma fille a eu une adolescence plutôt sans soucis, nous étions très proches et sommes devenues complices, mon petit homme ressent les tourments de son âge, les pulsions débridées et qui viennent parfois m’interpeller lorsque mon mari est absent…Provocation, innocence, je me retrouve interdite, gênée, son sans-gêne venant griffer ma libido puritaine (enfin un petit peu !)…Mon mari reste placide, il a sans doute subi les mêmes tourments, et ne veut pas brusquer mère nature, c’est passager… Oui, mais c’est moi qui subit, avec lui il n’ose pas…Mère nature peut s’exécuter porte fermée, en toute discrétion, mais certes ce doit être moins marrant, moins jouissif…J’ai eu beau essayer de calmer ses bas instincts, je suis sa mère et donc devrait susciter du respect, une certaine pudeur, comme le font tous les enfants à partir d’un certain âge, même si lui l’a dépassé…Fi de mes remarques, je le surprends encore à rêver, le sexe à la main, assis sur les toilettes avec un journal, le pensant dans sa chambre.Ses yeux m’affrontent, je baisse les miens comme si le journal revenu en bonne place m’avait caché son geste…Que pense-t-il dans ces instants ? Son livre lui montre-t-il des corps de femmes nues, des positions suggestives, voire obscènes, des vulves béantes ?Dois-je faire le vide dans sa chambre malgré qu’il soit majeur dans les faits ? Assainir son lieu de travail et de repos ?Il doit passer du temps sur internet pour ses études et rejoindre les sites dédiés.A quoi bon se battre contre les moulins à vent ? On a voulu sa liberté, je ne peux revenir en arrière et fliquer ses connexions.Est-il besoin d’avoir une nouvelle discussion, insister sur son sans-gêne, comme s’il me montrait qu’il était devenu un homme, sans se soucier de ce que je peux en penser ?Depuis cette année, je me suis documentée au travers de cet internet interdit, cet internet pervers où se côtoient le pire et le meilleur. La cuisine dont je suis friande, et les recettes simplissimes dont je raffole, étaient mon quotidien….J’ai rejoint ces forums, mines de sujets en tous genres, qui traitent de tout sans pudeur, accolés à des sites pour adultes, dont je suis devenue adepte par défaut…Oui, sites de rencontres, porno ou pas, j’ai recherché des réponses à mes questions, du contenu pour meubler ma solitude, je trouve que le jardin est bien désert depuis ce fameux soir…Je n’ai jamais pensé à tromper Damien pour m’offrir ce piment dont quelques amies m’ont parlé… Sensation de revivre, d’être désirée, de voir sa vie bouger…D’autres ont rejoint le club des libertins, ouvert à tous ou limités à des couples…Je n’ai pas abordé la question, mais Damien et moi avons des rapports fréquents et intenses, il me fait jouir chaque fois… Mais lui ? Certes, la délirante passion des premières années avec 3 ou 4 ébats journaliers a disparu… Ses besoins ont diminué avec l’âge.Il reste tout de même très présent, les jours où il est à la maison, sont des jours ‘avec’…D’autres enfin m’ont parlé de ces sites de rencontre, entre adultes, où le sexe est la finalité pure et dure (sans jeu de mots)…Je m’y suis inscrite pour accéder à la totalité de ce qui excite mes contemporains, jeunes et moins jeunes…Les vidéos sont chaudes et je dois chercher du naturel, une certaine complicité dans l’action, un pseudo scénario et si possible en français… Je reste dans le classique, puis je vais voir par curiosité. Je parle par messagerie avec d’éventuels futurs amis, hommes ou femmes, mais bien peu me branchent. Dialogues stériles, avec des profils pathologiques, sexes en avatar, comme une bannière à leur imbécillité, sans compter leur ignorance de l’écrit… Je cherche le must, il y en a, il faut les dénicher… J’en trouve un ou une par mois en moyenne sur des centaines de messages… Je recevais bien peu de demandes, j’ai accepté que ma fille s’affiche avec moi, photos anciennes et volées pour me punir, mes visites se sont envolées, j’ai tout laissé en place en la pardonnant…J’ai exploré quelques sites comme ça, et c’est dans xHamster que j’ai trouvé un panel important de vidéos et de photos qui me procurent ce frémissement. Parfois, c’est comme si je rencontrais quelqu’un en face de moi, un homme beau, les yeux plantés dans les miens… Un détail, un mot, un sourire… Je retrouve ce désir qui vient me tarauder, le temps s’envole, mes habits aussi. Je me fonds dans le personnage, remplace l’actrice, en quelques minutes j’ai calmé ma libido, je suis seule dans mon lit, mais je peux éviter un tranquillisant et dormir sereine jusqu’au matin…Mais parfois….Ma fille m’a parlé de son frère. Elle lui a parlé, l’a renseigné, sans doute mieux que moi, avec leurs mots d’ados…Il n’est jamais venu vers moi…Julie m’a avoué qu’elle l’avait initié, l’an passé, un soir de complicité… Mais qu’elle s’était refusée à tout attouchement de sa part, elle fréquentait quelqu’un…Oui parfois…La musique est arrêtée, l’ordinateur éteint. Je pense à ce que je viens de visionner, pas toujours merveilleux, enivrant, plus banal ou franchement bas de gamme… Si les gros plans sont légion, immédiats, fréquents et les pénétrations rapides, les sexes mâles géants, je reste un peu pantoise et sur ma faim…J’entends la musique en passant devant la chambre de Luc. Je revois sa dernière exhibition, et c’est son sexe que je tiens, assistée de ma fille qui nous observe, comme le témoin de ma dépravation…Cauchemar récurrent, pensées érotiques i****tueuses, je me réveille en sueur, assoiffée, je me lève pour boire un verre, il est tard, le musique est arrêtée, je regarde la porte de sa chambre…Je pense à une vidéo que j’ai enregistrée dans mes favoris sur xHamster. On y voit un jeune homme encore ensommeillé, et une femme dans une robe imprimée… Est-ce moi, est-ce possible ? Ivre de fatigue d’avoir pensé à son sexe toute la nuit, ce sexe que j’ai mis au monde est un peu à moi… Je fonds de désir en m’allongeant près de lui…Je me penche pour l’embrasser, la poitrine largement décolletée sur mes seins opulents… Je pense à ma sœur Lucie, dont les limites sont élastiques comparées aux miennes…Cette femme avec mon fils sur l’écran, c’est elle sans aucun doute. Libertine, perverse parfois, Lucie a dû vouloir m’aider à passer ce cap. On en a parlé, mais chut, ces sujets sont tabous…II.LucieTout se mélange, je m’endors enfin, retrouvant un calme précaire jusqu’au matin… A mon réveil, j’ai tout oublié, Luc se prépare pour sa journée, il a fait du café et m’en tend une tasse, Julie chantonne dans la salle de bains, je la remplace rapidement, prends ma douche… Damien doit se trouver du côté de la Pologne, injoignable comme souvent…Je me prépare pour une journée ordinaire, dans mon monde ordinaire, avec mes tourments ordinaires de mère et d’épouse et d’employée modèle ( !)… Et pourtant !…Ça commence vers 14h00, alors que je somnole après un repas des plus rapides à mon bureau, je reçois un SMS de Julie, elle ne rentrera pas ce soir, elle rejoints son copain… Elle dormira chez eux…Bon, ils vont se marier bientôt, il est gentil, il a une situation des plus correctes dans le « ing »… Nous c’était le « tique », eux c’est passé à l’anglais…Je termine vers 17H00, je rejoins mon village par le car, c’est pratique, pas besoin de véhicule, ils sont super ici, ils ont inventé le bus communautaire, scolaire, précaire, ordinaire, enfin tous ceux qui se déplacent ont accès à ces navettes, toute la journée, tous les quarts d’heure aux heures de pointe, aux demies dans la journée…Je remonte ma rue, tiens je vais passer chez ma sœur…-Salut ma caille, tu vas bien ?-Oh, je me traîne, et toi bonne journée ?-Oui, mais mauvaise nuit…-Tu as pensé à moi ?-Tu ne crois pas si bien dire…-Ah ? raconte… Un jus de fruit ?J’acquiesce…-Tu te souviens je t’avais parlé de Luc… J’ai mal dormi, je l’ai encore surpris, enfin, il me narguait, son sexe à la main aux toilettes, porte ouverte, lisant un magazine…-Encore, ce n’est pas passé, on en avait parlé avec Damien et Laurent, il disait que c’était passager…-Bien non, tu vois et je passe des nuits à trembler, pensant qu’il va entrer dans ma chambre et le faire à mon côté, remplacer son père… Il ne le fait pas trop lorsque sa sœur est par là, mais lorsqu’elle s’en va, comme ce soir… Seule dans cette grande maison…-Tu as peur de ton fils ?-Peur, non. J’ai peur de moi surtout…-Ah, tu… Toi ? Si prude ? Tu m’avais confié avoir du mal à supporter les absences de Damien… Je t’avais donné des adresses de sites, où tu pourrais regarder des vidéos et des photos, parler avec des gens anonymement, tu pourrais même en rencontrer, mais tu avais bondi !… Alors tu ne l’as pas fait ?-Si…-Et alors ?-Oui, ça calme un instant, je préfère mon mari pour ça… Me câliner…-Il n’y a pas de mal à regarder du porno, ça libère… Tu me connais, je n’ai jamais eu froid aux yeux et suis plutôt chaude de ce côté… Je me masturbe, tu le sais, j’ai des jouets… Je regarde des vidéos les soirs de manque, je m’envoie en l’air, seule dans ma maison ou dans mon jardin…-Tu es crue…-Mais le virtuel a ses limites, pour le reste je vais parfois ailleurs. Quand Laurent part longtemps, j’ai besoin de vivre, il le sait, il fait pareil… On se dit tout en revenant, c’est super, on s’éclate… Je ne t’en ai jamais parlé parce que c’est plus récent. On a besoin de tester d’autres jeux pour pimenter les nôtres… Avec des gens, des amis d’amis, des adultes sélectionnés… On se rend chez un couple qui donne des soirées… Laurent aime me regarder…-Tu fais l’amour avec d’autres hommes devant lui ?-Des hommes, et des femmes aussi, j’aime le voir flirter avec une autre que moi, la caresser, puis la faire jouir… Du moment qu’ils sont là, devant moi et que je peux participer…-Tu es très ouverte d’esprit, je ne pourrais pas…-Oh, dis ! Tu as la mémoire courte aux sports d’hiver, à La Clusaz, on était 8 couples en location, un grand appart, tu t’es laissée caressée par un ami, le mari de ta copine de travail…-Oh, c’est loin, oublié… Damien était saoul, moi pas loin… On s’est laissés emportés par l’ambiance, on dansait, on a commencé à flirter, j’ai vu Damien chercher à l’embrasser, la caresser, tandis que son mari me pelotait…-Et alors ?-On a passé la nuit tous les 4 dans la chambre, vous étiez partis danser… Je me suis laissée séduire, puis il m’a fait l’amour, j’étais comme dans un rêve, j’entendais sa femme gémir derrière moi… C’est la seule fois où je l’ai trompé…-Ah, tu as fait tes armes… On était dans l’autre chambre tous ensemble… Et vous, vous continuez à vous divertir ?-Pas trop, j’aime Damien, il me comble, m’aime, moi aussi… C’est quand il n’est pas là que je pense ailleurs, que j’ai envie de sexe depuis quelques temps…-Et ton fils en fait partie ?-Je fais toujours ce rêve, il se masturbe dans la salle de bains, ne me voit pas, j’entre doucement, m’agenouille, je me saisis du sexe et prends sa suite, la bouche à quelques centimètres, la langue mouillée… Mon sexe coule de désir, je me caresse en m’éveillant… Je revois souvent ce sexe énorme, en gros plan… Il me nargue, au bureau, chez moi, devant la télé… Puis il le fait en vrai, se montre, impudique, ses yeux plongés dans les miens, provocant mon émoi… J’enrageais contre lui, lui disais de tout… Je ne dis plus rien, il le fait plus souvent, presque chaque nuit. Un soir, il l’a fait au salon alors que je regardais un film à la télé… Il était dans un fauteuil de l’autre côté. Je l’ai entendu, il avait une main dans son survêtement…Je la regarde… Elle réfléchit…-On va faire quelque chose, toutes les deux…-Quoi ? Je vais m’inviter ce soir, et j’apporterai un film. Un nouveau, un truc pas porno, mais avec des scènes chaudes entre un ado et une jeune femme trompée par son mari…-Ça ne va pas l’exciter ? Il va nous… -Je me mettrai à côté de lui, une robe courte sexy, mes seins libres comme au bon vieux temps…-Il va se douter…-Mais non, il se doute de rien quand il me mate, comme l’autrefois chez moi…-Quand ?-Au barbecue, vous et nous, il y a deux semaines, ou trois… J’avais gardé mon haut de maillot, celui qui ne cache que son prix… On s’était baignés, le soutif avait un peu tourné et avant que je m‘en aperçoive, Luc est venu avec moi pour m’aider à débarrasser… J’ai ouvert le lave-vaisselle, il m’a passé les assiettes, les verres, les casseroles, et les couverts un par un… J’ai compris et n’ai rien dit… Je l’ai regardé dans les yeux, je me suis baissée pour ramasser une cuiller, mon soutif s’est ouvert complet, un sein à l’air… J’ai fait mine de ne pas m’en apercevoir, l’ai regardé dans les yeux… Et lui ai dit : « Ils sont beaux, ils te plaisent ? »-Et alors ?-Il a bredouillé, affolé, ne sachant que répondre, j’ai entendu ‘oui’ du bout des lèvres. J’ai pris sa main et je l’ai posée sur mon sein libre… Et lui ai demandé s’il bandait…-J’ai entendu un timide ‘oui’… Alors j’ai passé ma main entre ses cuisses, j’ai senti sa chose effectivement en alarme, je l’ai serrée entre mes doigts…-Et ?-« Tu veux que je te suce ? » Il a détalé comme un lapin, je ne l’ai plus revu depuis…-Pourquoi tu ne m’as rien dit de cet incident à moi ou à Damien ?-Ado en émoi, homme en dévenir… Damien a raison ça va lui passer… Mais il faut l’aider à comprendre qu’il y a des différences, de la morale, du respect… On doit marquer notre terrain, il est majeur depuis 3 mois, mais se comporte comme un ado de 16 ans…Accord pris pour le soir, elle est seule, elle arrive vers 20h00.Apéro dehors, piscine, apéro, il est content, la regarde dans son maillot deux petites pièces, moi un tankini très prude…Salade, rosé, rosé, salade, fromage, rosé, dessert rosé… Il n’a pas tout suivi, mais elle si… Un peu partie, ma chère sœur sort le DVD…-On va se passer de l’amour… De la tendresse, on est trop seules toutes les deux ce soir… Un peu ivres mais notre homme veille sur nous, alors on se lâche… ça va Luc, tu connais ?-Heu, non… Mais c’est une histoire d’amour…-Je ne sais pas. Pas vu, c’est Laurent qui me l’a acheté samedi…Un petit tour aux toilettes, elle passe un peignoir court dans ma chambre, après avoir ôté son soutif, retourne vers la télé et enfile le DVD, penchée vers lui, provocante…-Cathy, tu es là ?-Oui, j’arrive, vous avez soif ? Luc tu veux une bière ?-Non, merci…Les réclames s’ensuivent, on arrive au début, je m’assieds à droite de Lucie, Luc est à sa gauche… Elle a installé un tabouret pour poser ses jambes, j’en fais de même, il se tourne ostensiblement vers elle, un œil sur le décolleté, l’autre sur les jambes longues et fines, et sur le gentil peignoir qui remonte en s’ouvrant un tantinet…Le film commence… Je ferme les stores, met une douce lumière…L’ambiance devient magique, chargée d’érotisme, car sur l’écran c’est devenu chaud, un couple, des baisers, des images suggestives, un bout de sein, une cuisse, des soupirs…La pénombre s’est faite, je regarde le film et commence à ressentir les tourments de la jeune femme, caressée, dénudée, de soupirs en gémissements… Extase…On quitte le couple, le mari rentre chez lui et retrouve sa femme… Le lendemain, une jeune femme se promène, c’est la femme du mari volage… Elle rencontre un jeune homme, parle… Ils se connaissent, un élève, elle est prof de dessin, il est beau… Ils vont dans un jardin… Il lui fait la cour… A demi-mots, ils marchent, vont sur un banc, elle semble perturbée…Il l’aime, le lui dit… Elle se lève, s’en va… Il la ratt****, leurs bouches se joignent, elle refuse, puis sous l’insistance du jeune homme, accepte, se tourne, elle lui rend le baiser, se laisse caresser tendrement, elle s’assied sur le banc, retire son manteau, chemisier magnifique, jupe courte, elle se rapproche, il la serre dans ses bras, il la caresse, ils sont seuls, amoureux…Ils parlent beaucoup, il explique son amour, ses rêves érotiques à son égard, lui dit qu’il a envie d’elle… Elle parle de son mari, possessif, jaloux… Elle n’a plus de liberté, plus de jardin secret, plus de vie, elle pleure… Il la console… Elle part…On le voit malheureux, elle s’engueule avec son mari, claque la porte, va rejoindre son amant dans un bar… Ils prennent une chambre…Elle veut divorcer, il la trompe depuis deux ans… Il demande si elle le trompe aussi, elle répond non, lui sourit, se déshabille lentement…Elle est belle…-Je ne l’ai jamais trompé, mais cela suffit… Viens !…Je tourne la tête, Lucie a les yeux fixés sur l’écran, une main entre ses cuisses, Un autre entre les cuisses de Luc, sa main coulisse doucement le long de la hampe tendue…Mon ventre me picote… La télé montre la jeune femme nue, caressée, puis prenant le sexe dans sa bouche, elle entame une fellation longue et douce… Allongés tous les deux dans la pénombre, elle ondule, elle soupire… Puis il vient entre ses cuisses et lui rend sa caresse…La langue vole, excite, elle feule de plaisir…-Oui… je te veux ce soir… Je veux ton sexe en moi, te sentir me prendre, me posséder enfin, j’en ai tant rêvé…J’entends des bruissements, Luc s’est rapproché de sa tante… Il soupire… Elle tourne ses yeux vers moi…Elle entrouvre le peignoir, pose la main de Luc sur ses seins…Ça y est, je suis mûre pour l’asile… Ma sœur se fait caresser par son neveu, elle le masturbe effrontément devant moi, provoquant une fontaine que je suis obligée de contrôler activement…Lucie m’aperçoit luttant contre mère nature…Son bras se tend, accélère… Luc a un mouvement brusque, il vient de jouir dans sa main…Elle la retire, ferme le peignoir, le regarde dans les yeux…Elle me sourit, elle a fait son job…Le film se termine par un meurtre, elle a convaincu le jeune adolescent de tuer son mari, mais elle échappe à la justice faute de preuve car il avoue son acte, par amour. Il ne la reverra jamais… Elle a eu un enfant qu’elle lui cache tout le temps du procès, et lorsqu’il sort 10 ans plus tard…III.MarikaMarika me possède, elle a pris mon corps depuis plusieurs jours. C’est elle qui souffre à ma place. Elle qui parle à ma sœur, à mon fils… Je sais, je lui ai demandé son aide, je ne savais plus que faire face aux tourments ressentis avec Luc à la maison… Comme une fée, Marika s’est glissée en moi, a pris mon apparence, parle et agit comme moi… Personne ne le sait, il n’y a que moi, et elle…Si elle se permet d’agir à ma place, je serai libérée des retombées morales de mes actes…Dans un sens c’est rassurant, d’autant plus qu’elle vient de me confier qu’elle a passé une mauvaise nuit, la vue des deux hier soir, l’a troublée, comme moi…IV.LucVoir Lucie s’emparer du sexe de Luc, lui offrir ses seins, le vamper à mes côtés…Mon petit a dû en rêver toute la nuit… Il doit être chaud bouillant, au point de fantasmer sur sa tante… Mais où en est-il ? Rêve-t-il maintenant de coucher avec elle ?… La prendre, lui montrer qu’il n’est plus puceau, qu’il a franchi la ligne… Le rêve que tout adolescent caresse, devenir l’amant d’une femme plus mûre, une femme mariée, une femme d’expérience, avec ses secrets, apprendre l’amour auprès d’elle, lui faire ressentir du plaisir insoupçonné, grâce à sa fougue…. La faire jouir enfin… L’expérience qu’il a eu l’autre soir avec une fille de son âge, mérite quelques commentaires, mais il en a honte… Une fille boutonneuse, laide, qui vient le draguer à la sortie des cours, qui l’entraîne vers le parc sous prétexte de ne pas être vue par les autres, elle veut lui demander conseil… Croyant bien faire il la suit, mais se rend vite compte qu’elle n’a envie que d’une chose… Laideron des champs, laideron des villes, elle arrive à ses fins, après un long flirt dans le poolhouse de ses parents, isolé de la maison et fermé pendant leurs vacances. Des caresses partagées, intenses, une mise à nu intégrale, des seins menus mais très vivants qui s’offrent à ses lèvres, la visite guidée et commentée d’un sexe féminin au goût d’abricot, des soupirs et des gémissements provoqués par ses propres caresses, suffisent à ouvrir son appétit… Il connaît en retour sa première véritable fellation artistique conduite de main de maître…Il a encore le goût de ce sexe juste sorti de l’enfance, offert à sa langue, qui s’ouvre, coule de désir, vient s’empaler sur le sien, pour une chevauchée fantastique…Ainsi conduit à l’extase car la coquine n’en est sans doute pas à son coup d’essai, il explose en elle pour la première fois de sa vie, mieux que de se masturber c’est vrai, mais l’endroit est mal choisi, trop sombre, trop vite, enfin…Malgré tout, il a été impressionné par les cris et les râles de cette jeune personne lorsqu’il s’est enfoncé en elle, la prenant comme un hussard à sa demande… Il a été surpris de pouvoir la satisfaire une seconde fois, puis une troisième…Epuisée, l’œil coquin, dans sa nudité nubile, elle paraît aussi surprise de cette condition physique à laquelle elle ne s’attendait pas…Elle nettoie ardemment les objets du culte, pose un dernier préservatif…-Tu l’as mérité ton trophée Luc, prends-moi au cul… Ce sera la première fois pour moi, je t’offre ce dépucelage…Même là il se surpasse, aidé et guidé par son égérie, il comprend très vite l’anatomie, soigne son entrée, puis continue à la satisfaire, lui arrachant des râles inédits, des positions non répertoriées, où la jeune esclave épinglée comme un papillon, s’aide à se libérer de ses propres chaînes en jouissant de plus belle, par tous les artifices possibles, multipliant les idées et combinant les rôles… Un feu d’artifice, offert par une gamine de 18 ans, déjà au fait des arts du sexe…A son retour, il est fier d’être devenu un homme !Mais à qui se confier ? Avec qui partager ses extases ? Parler de ses performances ?Sa sœur, sa première initiatrice, file le parfait amour avec son commercial, ses copains trop cons et qui riraient de lui en voyant la fille et ses jupes d’un autre âge, sa poitrine de fillette, manque plus que les nattes…Sa mère ? Il ne lui a jamais rien dit à ce sujet… Son père, juste le respect de la femme, être le plus fragile et le plus pur… Damien est un sage…Tout ce que Luc sait sur l’amour physique, il l’a appris sur internet, ou avec ses copains, mais là, c’est passer de la leçon à la pratique… Il pense avoir réussi son examen, c’est bien le premier !…C’était bon, complet, fusionnel, une vraie première fois réussie… Il lui faudrait comparer maintenant… Se masturber devant sa mère l’amusait, il n’aurait jamais été plus loin…. Il aimait voir le rictus sur son visage, capter son regard… La pousser… Regarder ses seins se soulever lorsqu’elle respirait fort de surprise ou d’autre chose, avant de baisser les yeux… L’autre soir c’étaient ceux de sa tante qu’il regardait… Que de bonheur il a pris ce soir-là, en catimini après le repas, dans la cuisine…Se laisser mener par le bout du nez, la voir se déhancher en entrant dans la cuisine, ses yeux verts dans les siens au-dessus du lave-vaisselle, le maillot négligemment tourné, puis clac, le sein qui sort…La toucher pour la première fois… Ce sein plein comme ceux de Christiane… Il a senti une certaine complicité entre eux… Puis une poussée d’adrénaline, une pulsion sauvage tuzla escort lorsqu’elle a conduit sa main entre ses cuisses pour serrer son membre durci, immédiatement annihilée par ses réparties cinglantes…Il s’est enfui, vexé !…Les femmes !… Elles sont déroutantes… Il en connaît quatre…Il revient sur internet, passe en revue les sites médicaux, puis ceux pour ados, les tuteurs virtuels, les tutrices actives… Il revoit les yeux d’Anita… Elle jouissait de lui, gémissant de plaisir lorsqu’il la pourfendait… Puis ses baisers de feu en retour, elle se faisait liane, chatte, aimante, câline, joueuse, elle en redemandait, écartelée sur sa bouche, lui offrant son sexe et prenant le sien…Pourrait-il connaître cela avec d’autres femmes ? Lucie étant la plus coquine, la plus probable, la prochaine ? Sa sœur ? Non. C’est fini, elle a tiré un trait. Elle l’a initié, ils étaient un peu plus jeunes. Elle l’a regardé se masturber, tandis qu’elle se faisait jouir sous les draps, mais sans jamais se montrer à lui… Une fois, sa main est venue remplacer la sienne sur la hampe, il a senti la douceur de ce fourreau, il a joui immédiatement… Elle n’a plus jamais recommencé… Il n’ose plus le faire devant elle…Christiane meurt de désir sans doute de connaître son appareil génital à son apogée, mais son éducation la bloque… Des queues, elle en a vu pourtant, ses premiers flirts, son mari, ses amants ? Damien voyage… Elle n’est pas si coincée qu’on le dit…Lui ? Il n’a rien décidé… Il sait que ce n’est pas bien de penser sexe avec sa famille… Lucie est sa tante, elle est la plus instruite sur ce sujet. Il les a entendues parler parfois, le croyant absent, elle aime ça, plus que sa sœur, elle aime tout et avec bien moins d’œillères…Son Laurent lui laisse la bride et elle en profite parfois, elle aime le sexe pluriel, ils participent à des soirées entre adultes consentants, comme ils disent…La soirée…Luc à son tour apprend la venue de sa tante. Ce soir, dîner à trois, puis DVD…Bof, il aime le ciné mais bon… Sa sœur a fait le bon choix, se faire baiser toute la nuit par son fiancé…L’épisode Anita n’a duré qu’un soir, elle n’a pas rejoué la scène, mais il l’a vue avec un autre revenir de chez elle… Elle lui a fait un signe du poing, le pouce tourné vers le bas… Il a souri… Le lendemain, il a trouvé un mot anonyme dans son casier : « Tu es toujours le premier… »Il est toujours sur internet lorsque sa tante arrive…Elle est toute sourire, plaisante, le détend, comme si rien ne s’était passé entre eux…Elle se change pour la piscine, coquine, elle sait que ça l’excite… Son deux pièces était sans doute marqué 14 ans… Sa mère, c’est en tankini qu’elle arrive les bras chargés, puis ils se baignent quelques instants. Lucie le charme, Chris l’étudie, il nage comme un pro…L’apéro est servi, puis ils passent aux salades, et au rosé, beaucoup de rosé… Les deux femmes sont paf au dessert, Lucie le regarde souvent à la dérobée, Christiane se lâche, parle de Damien, de sa solitude, de Julie et de son ami, ils pensent mariage…La fraîcheur tombe vite, ils rentrent. Elles se changent dans la salle de bains… Il passe un survêtement.Ils passent au salon, il regarde la pochette du DVD que Laurent lui a choisi… Inconnu, les acteurs non plus…Elles reviennent décontractées, peignoir court, un brin décolleté, beaucoup pour sa tante…Le film commence, il ne regarde pas l’écran… Il s’est mis à côté d’elle, comme un aimant, il peut sentir son parfum…L’écran montre un couple en train de passer du bon temps… Ça le titille, surtout l’écho des voix… Il fait sombre dans le salon et sa mère est masquée de l’autre côté du sofa… Lucie, absorbée par les images, a posé ses jambes sur un tabouret, une main entre ses cuisses par le peignoir ouvert …Luc n’y tient plus, sa main rampe, passe sous le survêt, alors que la fille gémit son plaisir, il commence à se donner le sien…Le couple échange caresses, baisers, les sons deviennent enivrants…Luc se serre un plus contre elle en se tournant un peu, elle ne peut l’ignorer… Elle réagit enfin, sa main semble s’agiter doucement sous le peignoir, elle se tourne vers lui…Son autre main prend le contrôle, doux étui pour une masturbation hautement technique, où la douceur du mouvement dénote une connaissance parfaite du mécanisme… Il est aux anges et se laisse emporter par une vague nouvelle, quel plaisir, surtout qu’elle a guidé sa main sur ses seins par le peignoir ouvert… Il aperçoit le reflet de sa mère absorbée par le film, ignorant tout de ce qui se déroule, droite comme un i sur le sofa…Lucie plaque leurs mains sur sa poitrine, masse ses seins afin qu’il la remplace…Ils sont doux, pleins, terriblement bandants…Elle lui sourit, ferme les yeux et semble jouir doucement quand il en caresse les bouts…Elle est belle, offerte et presque nue dans cette pénombre complice, se faisant peloter les seins, caressant sa chatte sans doute aussi, il a envie de plus, il a envie d’elle, comme d’Anita…Il n’en peut plus, il se détend d’un coup, emporté par une onde de choc libératrice…Elle s’essuie au peignoir…Le film est terminé, tout est calme…-C’était tout juste pour toi Luc…-Maman ! Je ne suis plus un enfant, 19 ans…-Lucie ? Tu as aimé ?-Un peu sexe, mais on ne voit pas grand-chose, la fin surprend, du déjà vu tout de même, mais je me suis laissée emportée par l’ambiance et les acteurs, l’intrigue policière est agréable…-Et toi Luc, tu as aimé ?Luc, la regarde, elle lui sourit… Christiane baille…-J’ai aimé la beauté des corps, l’impression de tendresse, d’amour… On ressent leur passion, elle est expressive, on participe presque à leurs ébats…-Bien, dis-donc, tu es critique… Oui, c’est bien vu, n’est-ce pas Chris ?-Oh… Certes, elle est très belle, lascive, très sensuelle aussi… On ne peut que réagir… N’est-ce pas Luc ?-Oui… Sensuelle… On a envie de se caresser aussi…-Luc !…-Bien quoi, c’est naturel de ressentir du désir et de vouloir le partager… Hein Lucie ?-Tu l’as fait ?-Oui, en pensée, et toi ?-Oh, j’ai pris du plaisir à les regarder, j’aime entendre aussi, je réagis…-Tu as mouillé alors ?-Oh Luc ! Ce n’est pas correct, non, tu n’as pas le droit de dire des trucs comme ça intimes et sexuels à ta tante, tu n’es pas avec tes copains ! Je m’en vais me coucher, et toi Lucie ne le pousse pas, avec tes seins sous son nez, il ne peut que se toucher…Personne n’a pipé mot… Elle s’est enfuie dans la salle de bains, plus tard, je l’ai entendue pleurer…Lucie s’est changée, m’a souri, puis m’a entraîné dans le jardin pour discuter à demi-mots.-Ta mère cherche à te protéger, elle ne comprend pas ton attitude, à te masturber devant elle, la provoquer dès que vous êtes seuls, tu es majeur maintenant, adulte et responsable…-Mais je…-Chut !… Je sais que tu as des besoins, incontrôlés parfois, comme ce soir…-Tu m’y as un peu poussé… Tu es si belle, si bandante…-Tu es cru, mais merci… As-tu déjà connu une fille, de ton âge ou plus ?-Oui, Anita…-C’était bien ?-Oh, oui… Magique, pendant des heures, 4 ou 5 fois… Même que…-Chut, tu me raconteras… Passes chez moi un soir en rentrant, on parlera. Je répondrai à tes questions…-Merci, salut… Tu veux que je te raccompagne ?-C’est gentil ça, il fait sombre maintenant qu’ils éteignent après minuit… Tu as peur pour ta tante ? Qu’elle se fasse violer ? Je n’ai plus peur tu sais, du moment qu’on ne me fait pas mal…-Et si c’est moi qui t’attaque ?-Tu as envie de me violer ?-Non, mais consentante, oui…-Tu es impossible… On te donne ça, tu veux ça… Tu veux faire l’amour avec moi ?-Je ne dirai pas non… J’en ai rêvé, tu sais…-Et on le faisait où ?-Dans ta piscine, dans le jardin, dans ton grand lit…-Tu es coquin Luc… Un tantinet vicieux aussi ? Tu veux me raccompagner pour prolonger l’ambiance de ce soir… La fille qui se donne, qui jouit, nous qui échangeons des caresses, toi qui exploses dans mes doigts…-Et toi, tu te caressais bien, non ?-Un peu… C’est vrai, mais tu m’as vue !… Oh, quel coquin !-Tu as joui ?-Oh, ça me calme… Jouir, c’est autre chose…-Donc on a flirté…-On peut presque le dire, mais pas ensemble…-On peut donc aller plus loin, maintenant, ce soir ? Continuer tous les deux ce que l’on a commencé et profiter de cette ambiance, profiter que tu as envie de te caresser encore… J’ai envie de toi, je t’imagine nager nue dans la piscine, tu viens vers moi, tes cuisses s’enroulent autour de mes hanches, tes bras autour de mon cou, mon sexe planté dans le tien, je te porte, tu bouges, tu t’agites, tu t’empales en ondulant ton bassin… Puis sur les matelas, dans l’herbe, la fraîcheur de la nuit, nos corps emboîtés…-Arrête ! Luc, tu exagères !…-Laurent n’est pas là ? -Non, il est à Paris…-Je vais devoir agir, te calmer…Ma mère n’en saura rien, je vais lui dire que je vais écouter de la musique pour me changer les idées chez Denis…-Non, je…-Alors je t’accompagne…J’envoie un SMS à Denis, puis laisse un mot sur mon lit, prends mon sac et ferme la porte…Elle semble contente que je lui ai proposé ça, enfin de la raccompagner… Pour le reste, c’est pas fait…La nuit est douce, elle passe devant moi, m’offre un jus de fruit, on s’installe au bord de l’eau, sur la terrasse…-Merci, c’est gentil, mais je ne risquais rien, notre village est calme.-Mais ça t’a fait plaisir et je t’ai sentie rassurée…-Oui, rassurée et charmée. Un garçon de ton âge ne pense pas à ce genre de choses normalement. Cela me dit que je compte pour toi, autant que pour tes parents et Laurent…-Même plus…-Oui, plus, car tu te dis amoureux, ou disons que tu as envie de moi. Je suis à ta portée, une femme mûre, d’expérience qui peut t’apporter de la nouveauté…-Exactement, tu comprends tout toi, tu n’es pas ma mère… J’aurais aimé… Ce serait cool…-Ce n’est pas gentil, elle est bien plus proche de toi… Elle t’aime tu sais, ta sœur aussi…-Elle ne fait rien…-Elle ne peut faire ce que tu cherches… Voyons ! Réagit un peu, pense à ta copine, pense à draguer d’autres filles, à flirter… Tu es beau, fort, tu as du charme… Tu vas vite tomber amoureux vraiment… Avoir envie de rester auprès d’elle, de la prendre dans tes bras, de la caresser… Tu lui feras l’amour, elle gémira dans tes bras…-Lucie, je…-Oui ?-Je sais tout ça, mais j’ai peur de rater un épisode…-Mais non, viens te baigner, ça te changera les idées et te rafraîchira…Elle se déshabille, plonge dans la nuit…Je la suis… Que c’est bon un bain de minuit…Je la rejoints dans son coin favori, les marches… Elle est juste appuyée sur ses bras, à l’horizontale…-C’est bon hein ?-Oui…Je discerne ses fesses qui ressortent de l’eau selon ses mouvements, elle nage pour tenir son équilibre…-Tu veux faire la course ?-Ah, oui…Elle m’entraîne vers le petit côté, donne le signal, je la suis sans soucis jusqu’au bord opposé, elle tourne, puis se met à me lâcher sans souci… Je suis un piètre nageur de crawl…-Nananère, je t’ai eu…-Oh, je le savais…Elle est près de moi, reprenant sa respiration. Je regarde ses seins qui sortent de l’eau lorsqu’elle inspire, elle s’approche…-Tu es plus résistant tu vois, je perds mon souffle…-Pourtant tu as de beaux poumons…-Petit con de mec, sale pervers !…Elle se rue sur moi, lève un bras que j’intercepte avant qu’il ne s’abatte sur ma tête… Elle pivote sous son élan, et s’écrase contre ma poitrine, ses seins plaqués, sa bouche à quelques centimètres…Je passe mes bras autour de sa taille sous l’eau, je la maintiens ainsi, plaquée contre moi tandis qu’elle reprend son souffle… Honteuse de m’avoir raté et de se retrouver à ma merci…Je la serre doucement contre moi…-Non Luc…Mes mains descendent sur ses reins, sur ses fesses…Ses lèvres sont douces et tendres, elles s’ouvrent sous les miennes… Elle soupire…Elle est debout sur une marche de plus que moi, nous sommes à la même hauteur, nos bassins sont rivés, mon sexe bande de plus en plus, il devient dur contre le sien… Elle ne peut pas…-Je te fais de l’effet…-Beaucoup…Elle se recule un peu, je me saisis de ses 2 seins merveilleux, je les palpe, les savoure, les masse doucement, je bande comme un âne…-J’ai envie de toi…-Je le sens !…-Ça te plait ? -Non…Elle tourne la tête pour échapper à mes lèvres, retire mes mains de sa poitrine…Elle remonte et sort de l’eau…-Tu as soif ?-Un peu.-Viens !Je monte me sécher avec elle sur la terrasse couverte du poolhouse, abrité de la route, des regards, et du vent…Elle est affolante, désirable, j’ai envie de la sauter, là sur la table…Elle me tend une serviette puis rentre dans la cuisine chercher à boire, ressort avec deux verres et une bouteille de vin…-Ça te dit un blanc moelleux ?-Je n’ai pas l’habitude…-Tu es majeur dans quelques jours, tu ne conduits pas et moi non plus, mon lit est à deux pas…-Pour nous 2 ?Elle remplit les deux verres en haussant les épaules…-Je ne veux pas te donner de l’espoir… Tu es majeur depuis 2 mois, mais tu es mon neveu… Je me sens mal à l’aise… Ton baiser était magique, j’ai vu les étoiles… Mais il ne peut y avoir qu’un échange immoral… Un jeu sexuel sans lendemain…- Oublie tout pour ce soir, je suis devenu un homme, j’ai quitté mon costume d’ado boutonneux et je te regarde comme une femme, attirante, sensuelle et… J’ai envie de toi à en crever… …- Tu es cruel…-Tu es presque nue devant moi et tu parles de fautive, de morale, de respect, de cruauté…-C’est vrai, je suis tellement bien avec toi Luc, je suis plus que naturelle, comme avec mon mari. Tu es comme un ami avec lequel je partage tout, je me sens proche de toi. Je te comprends, je sais ce que tu veux, je suis passée par là aussi, provocante, prête à sortir les griffes…-Toi ?-Et oui… Je n’étais pas facile et tu dois me ressembler dans quelques gènes…-Tu as froid ?-Un peu… Rentrons, viens…Elle me guide pour passer dans sa chambre par derrière… Je ne connaissais pas…Elle referme la porte extérieure… On tombe dans une pièce qui sent bon le frais, la lingerie, un couloir et elle ouvre une porte…-Regarde le jouet de Laurent…-Une salle multimédia… 200 cm d’écran plat dernier cri… Auditorium, amplis, jeux vidéo… On l’essaie ?-Je n’y comprends rien…-On peut mettre un DVD…-Ça oui…-Quoi ?On s’assied dans le superbe canapé, on se sert encore, on boit…Elle manipule les télécommandes et arrive à avoir le lecteur DVD à l’écran…Elle est debout devant moi, drapée dans sa serviette de bain… Je prends ça pour de la provocation…Ma main saisit la sienne lorsqu’elle pose la télécommande, elle me regarde, en me faisant face… Une ultime résistance…-J’ai mis le même DVD que tout à l’heure, j’ai raté des trucs…-Moi aussi j’en ai raté…Je la tire vers moi, elle s’assied sur moi, je la prends dans mes bras, écrase mes lèvres sur les siennes…-J’ai coulé comme une fontaine tout à l’heure sur l’escalier… Ça a l’air de recommencer…La suite n’est pas racontable… Le film est déjà vu, sans intérêt, insipide…Les images en gros plan sur cet écran semblent vous intégrer dans la scène…Les détails sont classés X, mais je m’en suis souvenu toute ma vie…Juste Top… Lucie est un volcan, une artiste… Ces quelques minutes valent de l’or pour ma sexualité. J’en rêve chaque nuit. Ce corps magnifique, alangui contre le mien, ses soupirs, son abandon… Ce déchaînement, véritable orage de caresses, de défis, un érotisme torride, bruyant, libéré… Anita m’a montré la voie, Lucie m’a emmené plus loin dans les désirs secrets des femmes, leur recherche du plaisir, les actes autrefois malvenus, les repos récupérateurs, les extases authentiques, sans retenue, la dernière surtout…Anita pourra me jouer le second acte, je serai de taille…C’est ce qu’elle a fait par hasard quelques jours plus tard, c’était son cadeau d’anniversaire (le sien…) !Une nuit entière avec elle dans le poolhouse, ses parents en Suisse, un repas traiteur, nus du début à la fin et l’apparition des gadgets intimes, libérateurs de libido, multiplicateurs d’orgasmes, démence de jouissance…J’ai parlé avec ma mère et Lucie, sans film et sans lui confier les détails de nos entrevues. J’ai avoué, fait amende honorable. Je me suis platement excusé si je l’avais gêné… J’avais agi comme un imbécile et un pervers, un malade. Lucie m’a remis sur le droit chemin, avec son expérience et sa patience d’ange… J’ai enfin compris, mais il m’a fallu quelques séances prises sur mes temps de révisions, mais ça en valait la peine.-Oui, ton fils est doué pour tout et de plus il me tenait compagnie pendant les absences de Laurent, ça tombait bien, parfois j’ai peur toute seule…-Maman, j’ai rencontré quelqu’un de mon âge, mais c’est trop frais encore…En fait cela faisait longtemps que je rêvais de Lucie, de son corps… Elle évitait depuis mes quinze ans de se retrouver seule avec moi… Elle avait capté mes regards, m’avait percé à jour… Elle a compris que je jouais pour elle, avec elle… C’était elle que je voulais atteindre à travers ma mère… Elle a attendu que je sois majeur et une occasion, celle de le faire dans un endroit dédié au vice, au sexe, à tous les tabous… Le salon multimédia… Véritable lupanar moderne où les sentiments et la morale restent à la porte… Ainsi drapés de vertu High-Tech, nous avons scellé cette nuit d’un pacte. Une nuit pour cesser tout enfantillage malsain vis-à-vis de Christiane qui se trouvait être sur mon chemin, et que je cesse de poursuivre Lucie de mon assiduité, avec le serment de me tourner vers l’avenir, mon avenir…Le fait est que de l’avoir eue après presque de 4 ans d’efforts, je me sentais si puissant, si fier et si pervers qu’elle devint mon modèle, mon standard, à côté d’Anita que je réservais pour mon côté lumière, et Lucie pour le côté obscur…Elle resta telle un trophée, dans mon esprit et dans ma libido, et plus jamais je n’eus de pensées perverses à son égard… Ce fut même le début d’un jeu entre nous, puisque elle était la seule à partager ce secret… Nous étions devenus d’amants à complices, chacun à sa place, chacun dans sa vie, partageant nos ressentis, nos envies, nos secrets… Elle est toujours ma meilleure amie…V.L’anniversaire de LucLuc a bientôt dix-neuf ans… Il est majeur, normal et donc libre…Je lui ai expliqué que malgré tout, vivant sous notre toit, il a encore des obligations, ces contraintes de la vie en communauté, comme aider à mettre et desservir la table, nous prévenir de ses absences, nous parler de lui, ouvrir son cœur de temps en temps, preuve qu’on l’aime…Il a bien compris, sait ce qu’il nous doit, il est heureux de nous avoir, sa sœur, sa tante…Partant de ces bases, un soir, je lui parlais de son cadeau. Que souhait-il ?Il resta vague, des sous pour s’offrir une voiture à terme, il allait travailler en été, plus ça…-Qu’est-ce tu dirais d’une grande fête entre nous, ta famille, tes amis si tu veux, ta copine ?-Oh… Ici ?-Oui, un repas simple, il fait encore beau, on peut se mettre dans le jardin vers la piscine, un soit serait sympa. Je m’occupe de tout, mais tu choisis le menu avec moi.-OK, je vais appeler mes copains, regarde pour la famille, on fait un point ce soir et on lance les invitations par mail…Il a l’air emballé, être entre ses proches le jour de son anniversaire, partager un instant, être le centre de la soirée… Anita sera là, sans doute, ils l’ont déjà fêté entre eux, il en est resté sur les rotules, cette fille est folle, laide, mais si spéciale…Elle est devenue son amie au fil des semaines, elle sort très souvent avec lui, il ne la voit plus traîner avec les autres de son bahut, en lui adressant son pouce baissé…Elle lui a avoué lors de leur soirée, qu’elle avait goûté aux 5 plus beaux de la classe, les plus sexy, les plus mâles… Elle n’a pas eu de mal car bien qu’ayant un physique très moyen, elle avait des atouts qu’aucune autre n’avait, elle savait répandre les bruits, les ragots, les commérages comme pas deux… Elle a ainsi créé tant de conflits entre ses rivales ou ses rivaux, qu’elle apparaissait comme un juste milieu, et c’est là qu’ils découvraient ce qu’en disent ses amants et amantes : 10/10 et au-delà, un vrai bon coup, une extase permanente, la plus chaude de la ville, une expérience au-delà du réel, etc…Aucun n’a battu Luc…Elle a ajouté qu’elle l’appréciait pour toute autre chose que le sexe, charmant, intelligent, ouvert, beaucoup de goûts en communs, elle a décidé qu’il serait son ami s’il le voulait bien, et plus si affinité.-Mais tu ne baises plus avec d’autres alors ?-Ah !… Tu es jaloux ? J’ai beaucoup d’appétit tu sais, j’aime faire l’amour et c’est dans ma nature. Tu en as profité, tu en profites. Et si je vais le faire ailleurs, ce n’est pas grave pour toi, je ne cherche rien d’autre qu’à vivre ma sexualité ; ce sont juste des parties de cul sans lendemain…-Oui, mais… On peut le faire ensemble, avec d’autres… Ça ne te choque pas ?-Non, surtout que j’aime le faire avec des filles, mes cinq autres tests étaient 4 filles de la classe…-Et la cinquième ?-Un prof !…Il l’a prise à l’arrière de la voiture, elle a adoré cet espace réduit dans lequel elle s’est contorsionnée à loisirs, puis a ouvert la porte pour le final, en faisant fuir un sanglier horrifié !En fait, depuis les vacances, ils ne s’arrêtent pas de baiser… Chaque jour, matin, midi et soir, un vrai remède… Elle a eu ses règles, ils ont pratiqué la sodomie pendant 5 jours… Puis n’y tenant plus et commençant à avoir mal, elle a invité une amie… La fille de sa classe n’en croyait pas ses yeux, Luc, qu’elle avait tant voulu rencontrer… Elle s’est offerte aux deux amants, Luc a pu profiter de ces deux furies, il se battait avec Anita pour sucer la seule chatte libre…Maguy s’est envolée vers des sommets, il a dû la prendre cinq fois dans la nuit, elle en demandait encore en matant une vidéo sur son portable…Anita lui a avoué que c’est elle qui avait gagné son test, avec un accessit catégorie salope, car ensuite Maguy l’avait entraînée dans un squat pour une immersion en règle au pays des zonards et elles s’étaient faites pendre en gangband, durant une nuit entière, au milieu des putes, des drogués, des trafiquants en tous genres, ils sont tous passés sur elles, parfois à plusieurs, aucune ne rechignait à la tâche…Anita a pris des photos, Maguy ne peut rien lui refuser…Luc avait décidé de le fêter chez eux, avec ses parents, sa sœur et son fiancé Martin, sa tante Lucie et son oncle Laurent, Pierre, Germain et Miranda, des copains, et Anita qui tenait à Maguy pour le fun…Tout se passait très bien. Apéro piscine, repas, cadeaux, très simples entre potes, la famille ravie de voir enfin des copains… Lucie avait tenu au frère de Martin, avec lequel ils étaient proches, habitant parfois chez lui.En milieu de soirée ils se mirent à danser, l’alcool faisait son effet, Maguy et Anita mirent le feu au dancefloor, rock acrobatique, salsas endiablées, très suggestives finissant en danse du ventre, leurs seins ayant du mal à rester en place. Les parents se mirent à rire, d’autres à lancer des plaisanteries grivoises, Laurent ne fut pas en reste, poussé par Lucie très en verve et toute aussi délurée que les deux jeunes filles, qu’elle rejoignit sur la piste…Ce fut l’emballement général, et tout le monde termina dans la piscine…Même Christiane, se livra totalement aux jeux, un peu ivre et sans complexe, regardant les jeunes jouer, se courir après, s’att****r, s’embrasser parfois… Les slows furent bienvenus dans ce monde d’agitation nocturne, Christiane se retrouva aux bras de son fils…-Tu es géniale, c’est top, mes copains sont fous de joie… On ira de notre côté ensuite, ne t’inquiète pas…-C’est gentil de me prévenir, tu vois, je me serai fait du souci… Tes amis sont super et Anita est vraiment à part, je l’adore…Elle est aux anges, son fils dans ses bras, une soirée magique, plus d’images nocturnes, des nuits calmes et sereines… Quoique…VI.DamienLucie danse avec moi, c’est très rare. -C’est une belle soirée Damien. -Oui, on est content pour Luc et pour tous ici. On apprécie votre présence… je crois que l’on peut aussi te remercier pour Chris, de lui avoir enlevé un poids, mais elle fantasme vite je pense…-Certainement, mais je n’ai rien fait de plus, que de parler à un jeune homme perturbé, sensible, découvrant son corps, ses peurs, ne maîtrisant rien… Il voulait juste être aidé…-Tu as… Enfin, tu lui as montré, tu lui as expliqué ?-Comment tuzla escort bayan ?-Bien, à comprendre, son corps, à refréner ses pulsions, à se comporter en adulte, il était temps…-Oui, cela a été facile, juste un peu d’intimité, seule avec lui, après les cours devant une boisson d’homme, le traitant en homme, ne lui cachant rien…-Je… Oui, je… Je vois… Tu… Vous… Mais… En tous cas le remède a été efficace…-Un peu d’homéopathie, à petites doses et chaque jour lui en donner un peu plus…-Je crois que je vais tomber malade et te demander conseil…-Toi, si puritain comme ma sœur ?-Tu t’es souvenue de La Clusaz…-Ah… Les bons souvenirs d’un soir de fondue… Chris avait rangé l’anecdote dans les archives…-Euh… Pas trop loin non plus, et toi avec Laurent, ça va ?-On ne peut mieux, tu connais nos principes, j’ai pris de l’âge, mais j’aime encore faire la fête, tu vois… Laurent est souvent absent, comme toi, je ne peux pas être derrière lui, je ne suis pas un modèle de vertu comme ma sœur, enfin… Alors on se respecte, on se parle, on s’explique, et tout devient clair. Nous avons des besoins, et des occasions, nous sommes libres… Parfois nous invitons des couples d’amis pour nous divertir en toute confiance.-Il paraît que vous avez un magnifique auditorium vidéo, salle de spectacles, et tout et tout…-Laurent voulait pouvoir recevoir, justement dans un cadre intime, sécurisant…-Vos fameuses soirées entre adultes ?-Un peu, tu nous connais…-On n’a jamais été invités, Chris m’en a parlé une fois…-Ma sœur ne comprend pas ce besoin d’échange. Toi je n’ai jamais osé…-Pourtant La Clusaz… J’avais aimé cette parenthèse… Je suis un homme, je n’ai pas la vertu de ta sœur, je m’arrange avec les circonstances, et j’ai des fantasmes tenaces…-Toi ? Des coups de canifs ?-Oh… Pas…-Tu es coquin comme ton fils alors, sa copine est un cas et leur amie une bombe…-On peut dire ça…-Tu n’aimes pas les jeunettes ?-Pas trop, j’aime l’expérience, la douceur, la plénitude des formes, la langueur…-Arrête ! On va te voir… -Tu me sens… J’ai envie de toi…-Toi aussi ! Décidément !…-Viens au garage, on sera tranquilles…Elle me sourit, je bande comme pas deux depuis ce slow… Elle est divine, chatte, je l’entraîne vers l’arrière de la maison… Je prends la clé de secours…-On ne va pas ?…-Si… J’en rêve depuis des années, j’entends des échos de vos soirées, je t’imagine… Et puis Luc, ton approche… J’ai fantasmé…Elle se laisse embrasser, participe immédiatement en se lovant contre moi, je mets ses seins à nu, les caresse. Appuyée contre l’établi, elle m’offre sa fière poitrine en soupirant, puis les râles provoqués par ma langue sur ses tétons durcis emplissent la pièce….Elle ne peut ignorer la grosseur contre son ventre… Mes mains descendent, glissent le slip de bain jusqu’à terre…Je la soulève sur l’établi, écarte ses cuisses et entame un concert de vocalises…Sa chatte est si fraîche, si ouverte, une grosse huître délicieuse, trempée de désir… Ma langue glisse sur son capuchon, le titille jusqu’à ce qu’il cède, se soulève… Elle s’envole en tenant ma tête enfouie…-Euh… Oh… Ah…. Oui… Tu es fou… Je coule…Elle est trop belle, trop ouverte, trop magique, les grandes lèvres, comme des ailes de papillon, découpées et larges découvrent les trésors de son intimité… Ses petites lèvres masquées, luisantes et bombées, ultime défense à sa vertu… Sa grotte déjà bien humide qui s’ouvre lentement, ma langue qui vole de place en place, tête, aspire, glisse, excite, entre dans le palais doré… Pousse…Son bassin ondule, se soulève en cadence… Ses cuisses s’écartent…-Oh, oui… Viens !Je glisse mon sexe doucement….Elle vibre, saisit mes hanches, appuie sur mes fesses pour mieux se pénétrer…L’épée est entrée dans le fourreau…Une extase de soie, de douceur, de féminité….-Oh, oui… C’est bon…Je plonge en cadence… Le membre glisse de plus en plus vite dans cet écrin, elle passe ses jambes autour de ma tête, le bassin idéalement placé, s’offrant au maximum à ma virilité…Mes boules touchent son pubis, je suis en elle, à fond, planté…-Ah… Ouh…. Encore… Plus vite ! J’ai envie de jouir de toi…Elle a des soubresauts, venant chercher avec son bassin la plénitude de mon sexe qui bute contre son utérus…-Viens !… Prends-moi !… Vas-y… Je jouis !… Continue…La suite est cousue de fil blanc, une charge héroïque ponctuée de bruits de succion, un assaut déterminant, un final en fanfare…Elle se donne, se tort, se dilate, se déchire, se pourfend, puis m’enserre dans son vagin. Elle me masse en contractant ses muscles, m’embrasse avec passion, devient chienne en se pinçant le clitoris, se torturant les bouts des seins, jusqu’à en crier ! -Ouiiii !…. Baise-moi… Lâche-toi… Remplis ma chatte…Elle me reçoit en elle, parcourue de spasmes, les seins ballottés en tous sens, l’établi malmené par mes assauts, elle explose en jouissant son orgasme vaginal en recueillant le fruit de mon labeur…Epuisée, elle récupère entre les clés et les pinces, calée entre la barre de l’étau et la meule…-J’aurais regretté…-Et maintenant ? On divorce où ce n’était que du cul dans un garage entre deux partenaires assoiffés ?-Je ne sais pas mais c’était divin… Un coup de canif certes, mais aussi un échange entre deux libertins, je t’ai sentie proche de moi, partageant nos secrets, excitée, pleine de désir, comme amoureuse…-Tu le dis… Non, pas amoureuse, mais sans doute des instants rêvés mes soirs de solitude, imaginés dans le secret de mon lit, prolongés et mûris par mes caresses. Rêves érotiques avec un partenaire logique, proche, beau, viril, un partenaire idéal…-Merci, que de compliments… Toi aussi tu fais partie de mes rêves depuis longtemps, avec ton corps de princesse, tes formes alanguies, sensuelles, tes yeux toujours en quête du regard de ta proie, comme un appel à venir de chercher… Je viens de jouir de fort belle manière, te donnant le meilleur. On aurait dit que je te faisais un enfant, tant ce fut doux, bon, délicat, et profond….-Arrête, Dam, je vais tomber amoureuse de toi…-Tu l’es depuis longtemps ?-Jalouse, oui, ma sœur ne te vaut pas. Amoureuse non, mais je viens de crier dans tes bras comme rarement avec un amant de passage… J’ai envie encore de toi, de ton sexe, de te sentir partout en moi…-Ça nous laisse de quoi découvrir encore, nous aimer, du moins, nous revoir…Elle baisse les yeux à ce mot, à ces phrases…-Ne me demande rien, ne m’impose rien, c’est moi qui viendrait… Faisons comme de rien, plaisantons, rions, oublions cet instant de relâchement. Nous avons craqué c’est certain, moi, autant que toi… Mais on a nos vies de couple…Elle me sourit en prenant ma main…-Si on doit le refaire, on le refera, c’est que quelque chose nous manquera chez nous…Elle ressort devant moi, revêtue si on peut dire, les yeux grands ouverts et luisants…-J’ai envie de t’embrasser et me laver…-Allons dans la salle de bains…Je traverse la terrasse presque vide, les jeunes sont partis vers leur vie d’ados, Laurent sirote un whisky au bord de la piscine, avec Chris, Luc, Anita et Maguy entament une partie de cartes.-Vous n’êtes pas allés avec les jeunes ?-Si, on y va, ils se changent dans la chambre du bas…-Laurent ? -Oui…-Si on prévoyait un restaurant ensemble un de ces dimanches ? On en parlait avec Lucie…-Bonne idée, j’adore, bon Chris tu programmes avec ma femme, OK-Bien, à vos ordres…Je vois l’ombre de Lucie entrer par derrière dans une des chambres… Quelle soirée !…Tous ces trucs d’ados, ces trucs de bonne femme, ça me gonfle… Moi, je suis avec mon camion, c’est ma maîtresse, mon jouet, mon enfant, c’est ma vie, solitaire pratiquement toujours… Alors lorsque je peux enfin m’échapper pour vivre une aventure merveilleuse, sentimentale, très sexuelle… Je ne m’en prive pas… Christiane ne me le reprocherait pas, elle m’a accordé d’autres satisfactions, au sein de notre couple, avec des partenaires comme Ida, sa copine… Soirée entre adultes, Ida est une femme solitaire et a besoin de vibrer encore, je me dévoue volontiers… Christiane goûte aux plaisirs saphiques, c’est rare et ça lui fait du bien.D’autres aussi, mais ça fait longtemps. On n’a jamais trouvé un accord parfait avec nos partenaires. Essayer n’a pas été adopter… Ida est la seule que l’on revoit… Je n’ai certes pas le même ressenti qu’avec Lucie, mais Christiane l’adore…Bref, c’est mon lot, je sais que Lucie a dû s’investir avec Luc, jusqu’où je ne sais pas. Christiane est la reine de mon foyer, nos souvenirs, notre amour, nos enfants… Je sais qu’elle est vertueuse, je ne lui en voudrais pas de se donner du plaisir, elle le sait.Mais moi aussi, parfois triste et loin, je succombe, un soir, un baiser, une épaule, un lit…VII.ChristianeLa nuit s’est étirée, il ne reste que Damien qui danse avec Lucie, Laurent, Luc et ses amies, sa sœur et son fiancé…Ils entament une partie de poker, j’en profite pour me rapprocher de Laurent…-Tu ne joues pas aux cartes ?-Non, je suis si bien sans rien faire…-Je dois te remercier, Lucie a été magique avec Luc. Tu l’as supportée, je sais. Elle voulait réussir ce sauvetage… Enfin tout est bien… Ça va ?-Heu ! Oui…-Avec Lucie ?-Ah, pas de soucis, nous avons notre vie. Je m’absente, elle gère, on se rapproche, on renaît…-Bien dit… Elle m’a raconté, je suis sa sœur… Votre nouveau salon…-Ah… Tu veux le voir ?-On va à la maison, si on nous cherche…Nous descendons la rue, je pense à Luc lorsqu’il a raccompagné Lucie l’autre soir, après le DVD…Il me fait entrer dans ce salon magnifique, très intimé, très High-tech… Il pianote et de la musique douce, s’évade, semble couler des enceintes, je ressens les basses au fond de moi… Le canapé blanc est semé de coussins, il y a des casques répartis sur des bouts de canapé, des tables basses, un épais tapis… J’ôte mes chaussures, il vient m’inviter à danser…-C’est magique, Laurent… On dirait que la musique est en nous, nous emporte, nous fait vibrer…-C’est de la magie, je veux t’emporter dans mon monde. Tu n’as pas souvent le loisir de t’évader…-Oh, tu as raison, et avec Luc c’était l’enfer… Avoir peur de sortir de ma chambre pour aller aux toilettes ou dans la salle de bains…-Profite, lâche toi, tu veux boire, jus de fruit ? Plus fort ?-Petite vodka avec de l’orange si tu as, je veux me lâcher…Il nous sert deux verres, on trinque, les yeux dans les yeux… Je bois en le regardant, je danse, je bois… Il me sert encore un verre, on danse…Je suis de plus en plus abandonnée dans ses bras, accrochée à son cou… Je sens son ventre contre le mien, son sexe aussi…Oh !…C’est bon, intime, un flirt avec mon beau-frère…-J’ai envie de t’embrasser…Quelle conne, pourquoi j’ai dit ça ?Ses lèvres sont douces, sa langue plonge vers la mienne, ses mains caressent mon dos… Notre baiser s’éternise, se transforme…Nos ventres se frottent, nos cuisses se touchent, il bande… Comme c’est bon de se sentir désirée… Enfin, encore… Oui… Il caresse ma poitrine, ouvre mon chemisier, mes seins sortent de leur broîte…Je soupire lorsqu’il vient à genoux les lécher, les mordiller… Il m’assied sur le sofa… Je suis écartelée, ouverte à sa guise, à sa bouche, à sa langue… Je sursaute, lorsqu’elle touche le fond de ma vallée… Je relève mes cuisses, lui offre ce dont il cherche…Je feule de plaisir, il butine avec art, doux, tendre… Mes seins sont caressés, massés, je plane, gémis, m’envole…Je suis honteusement débraillée, offerte impudique, debout, déshabillée… Il met son sexe contre ma bouche, il plonge entre mes cuisses…Ses doigts m’emportent, je prends son sexe dans ma main, le pompe doucement, puis le glisse entre mes lèvres… Il grogne… Ses doigts plongent dans la moiteur de ma vulve, excitant à loisir mon bouton qui durcit et m’entraîne dans un monde de jouissance… Que c’est bon…Je suis à point…Il s’allonge, vient sur moi délicatement, ouvre mes cuisses, le monte mon bassin d’impatience…Son membre glisse doucement, ouvre, écarte, plonge, je jouis…La vodka me donne le courage de vivre des minutes magiques, je m’offre, je gémis, je tremble dans ses bras… Il me prend, me tourne, me possède encore et encore… Je suis assise sur son sexe, planté en moi, délicieux et mon bassin donne le rythme, avalant sa hampe de chair rosée… On entend des bruits de vague, mes seins s’envolent, je les arrête… Il me tourne, me reprend, à 4 pattes, fesses relevées, son membre me transperce, me pousse à l’orgasme, sans arrêt… Telle une poupée de chiffon, il me baise, me tourne, me reprend, m’allonge, m’emporte loin, jouissante et perverse, m’aidant à le ressentir, à jouir avec lui, puis le menant, assise, amazone, savourant ce pieu infatigable, qui me dilate, me fait jouir encore…Je jette l’éponge, inondée de sueur et de sperme, étalée sur le tapis, ouverte…Il me tend mon verre, je rajoute du jus de fruit…Je bois en lui souriant, il boit en caressant mes seins…Nos lèvres se joignent, ses mains caresses, viennent dans ma vulve détrempée, caressent, ses doigts touchent, ouvrent, excitent, préparent…Il me place à 4 pattes, fesses ouvertes… Son sexe me prend doucement, s’enfonce telle une épée dans son fourreau, dilatant mon orifice, puis glissant petit à petit, m’offrant des sensations intimes inconnues… Il me masturbe ne même temps, appuie sur mon clitoris, pénètre mon vagin, son sexe atteint le fond de mes entrailles en explosant d’un orgasme irréel… Je gémis, pleure, m’offre, m’ouvre, m’écartèle pour mieux le sentir en moi, dans mes deux trous, il se déverse alors, accompagnant mes râles avec ses cris de bûcheron…Nous retombons sur le doux tapis, épuisés, hors d’haleine, je me sens vidée de toute sensation, pleine de foutre et de mouille, ses bras qui m’enserrent, ses baisers merveilleux…-C’était divin…-Tu es une amante parfaite, je m’en doutais, il faut se méfier de l’eau qui dort… Il me serre dans ses bras puissants, m’attire contre lui, écrase mes seins sur son torse… Son sexe est de nouveau à ma porte…-J’ai envie de toi…-Oui, viens, prends-moi encore et encore, j’en ai tellement rêvé…Il me raccompagna dans l’autre sens, jusqu’à la porte du garage fermée à clé…J’ouvris la porte du jardin pour passer par derrière, je vis une ombre me devancer…J’attendis, farfouillant dans ma poche, Laurent m’embrassa, prenant mon hésitation pour de la timidité…-Je crois que nous n’étions pas les seuls à égratigner nos contrats…-Tu crois, c’était Lucie ou ton mari ?-Sais pas… Mais je le saurais…-Luc ?-Non, Luc joue au poker… Regarde là-bas…-L’ombre se glisse dans ma chambre !-Elle va où ?-Salle de bains, comme j’aimerais le faire, je suis poisseuse… de toi…-J’ai envie de toi encore… Tu as aperçu ton mari ?-Non, il doit attendre… Va sur la terrasse avec les autres, je passe par ma chambre…On se sépare, je me glisse par le jardin, et rentre par la porte de ma chambre. En effet, la salle de bain est occupée…La porte, je passe un œil…Lucie est en train de prendre une douche…-Tu as bien fait, moi aussi, j’en ai envie…-Tu m’as fait peur… Viens si ça ne te dérange pas…-Non, on va être de plus en plus intimes… Il était bon ?-Qui ?-Mon mari !-Ah, tu nous as vus ? Pas de mal, juste de la baise…-Je me suis fait le tien…-Oh ? Comme ça on est quittes… -Nous pourrons nous divertir un peu mieux les soirs d’hiver…A ce propos ta salle multimédia est magnifique…-Bon, si vous êtes allés là-bas… Maintenant je peux te l’avouer, c’est là que j’ai baisé avec ton fils… Comme avec un homme, un chien fou avec une salope… Il m’a défoncé la chatte, et le cul ensuite… On a baisé toute la nuit, il n’était pas chez son ami… Luc est particulier, une vraie bête, il me voulait, j’ai résisté, il était encore mineur les premières fois… Il voulait me sauter, le film l’avait émoustillé, mais plus comme avec toi, il voulait tout… Il voulait une vieille salope pour comparer… Anita lui a appris tout ce qu’elle sait, elle a une sacrée avance. C’est une libertine de première, leur amie c’est pareil, ils sont souvent tous les trois… Ton fils est sauvé, et c’est un homme, il aime le sexe, les femmes, il adore les entendre jouir et son chibre est monstrueux… Défoncée…-Bon, ça c’est dit, donc nous pourrons baiser ensemble tous les 4…-Oh, tu peux ajouter au hasard, Maguy, ta fille, ton gendre, Ida, et j’en oublie…Le lendemain, ma tête me fait moins mal, je pleure dans ma chambre, Damien est partit tôt, sans un mot…On a un peu parlé, mais juste pour confirmer, on est devenus libertins aussi…VIII – Marika – Le livre suite et finA.Le livreLorsque j’ai contacté Marika pour qu’elle m’aide à affronter les turpitudes de mon fils, je ne pensais pas recevoir un tel cadeau de sa part…Un livre entier qui retrace certains aspects de ma vie, depuis mon mariage avec Damien, jusqu’à ce jour, des détails croustillants, sur ma vie, mes enfants, mes rêves, mes fantasmes et mon amour pour mon mari.Ce livre c’est moi, vue par Marika, mais aussi par ma famille.Il est un mémoire de mes actes, un témoin de ma personnalité. De ceux qui ont participé à libérer Luc de ses angoisses nocturnes d’adolescent.Mais parfois les livres en veulent plus, les personnages s’évadent de sa plume pour construire une suite à ces aventures….Voici ce que Christiane pourrait rêver, inventer, mais sont-ce des rêves ? Certains faits semblent impossibles, mais on ne connaît jamais les gens et de plus ils évoluent en vivant leur vie, leur couple, leurs jardins secrets….A travers son jardin secret, Christiane s’évade, garde sa propre vie… Marika arrive et vient bousculer son univers…B.Marika entre en scèneChristiane invite Marika au mariage de Lucie pour la remercier de ses écrits et pour l’avoir enfin libérée de Luc.-Et si tu restais quelques jours, qu’on ait le temps de faire connaissance ?-Bonne idée, je viendrai mercredi, mais je ne veux pas vous gêner…-Tu ne gênes personne, j’ai envie de te rencontrer, de te serrer dans mes bras et surtout de dire combien je suis heureuse de dormir tranquillement… Surtout qu’il est de plus en plus souvent avec sa copine Anita… Chez l’un, chez l’autre, elle est libre et ils ont l’air de s’adorer…-Bon à mercredi prochain alors…J’ai apprécié cette invitation, Christiane n’est pas très loquace, il faut lui tirer les vers du nez… Encore plus quand on parle de sexe ou d’elle…Bref, je prends le TGV, elle vient me chercher à la gare.Système de reconnaissance, un foulard vert, des cheveux blonds, des lunettes noires, une valise verte…C’est bon, je la reconnais, elle est plus petite que je pensais, très bien fournie côté poitrine, beau visage, yeux brillants… Elle est seule, on aura le temps. Tout est préparé, sa fille et les beaux-parents ont mis la main à la pâte, il travaille dans l’événementiel.Donc pas de soucis, la salle est dans le village, et nous avons pris un traiteur qui fait toute l’organisation de A à Z, DJ et animation inclus…Elle m’installe dans la chambre d’amis de leur coquette maison, très agréable et bien agencée, un rêve qui se continue par le fameux jardin secret et nous pleurons de rire…Je me sens à l’aise, je fais la connaissance de Luc, puis de Julie et de son futur mari…Damien s’est débrouillé pour rentrer ce mercredi soir en mon honneur, c’est gentil…Repas amélioré, j’ai apporté le dessert : Tarte aux abricots et vin des Côtes du Rhône…Les enfants partis, nous discutons autour du café au jardin. Damien se baigne, il est si souvent absent…Nous parlons de Luc, ils me remercient pour mes conseils, j’ai été à la hauteur et le fait d’agir par Lucie était une bonne solution…-Mais Lucie reste de marbre lorsqu’on lui demande comment elle a fait…-Je n’y étais pas non plus, je vous le jure, j’arrive…-Tu n’as pas une idée ? Tu lui as téléphoné ? Luc t’a écouté ? Tu lui as parlé ? Aux 2 ?-Non, je n’ai rien fait de cela, j’ai juste écrit quelques solutions à la place de Christiane. -Et alors, c’était quoi ?-Ce que vous avez lu dans mon texte, juste Lucie et Luc, face à face, dans l’intimité chez elle, seuls. Ado pris au piège de ses tourments, en devoir de se justifier face à une adulte, pas sa mère, ni son père, une tante devenue une amie, qui lui demande simplement pourquoi il se masturbe devant sa mère, sans complexe, venant la traumatiser, elle si fermée sur ses choses, mais taraudée, car pas insensible. A deux doigts de craquer pour que cela cesse…-Et alors, elle a fait quoi ?-Lui expliquer que son geste est terriblement sexuel, que cela s’appelle provocation à l’i****te… Grave faute pénale… Lucie pensa provoquer une prise de conscience en organisant une petite soirée entre tous les trois, l’incitant à sa pratique malsaine avec une vidéo érotique et sa complicité…En quelques minutes, il avait compris, tombant dans le piège et les bras de Lucie. Il reporta ses fantasmes sur cette tante si libertine qu’elle avait mis fin de façon inattendue à ses désirs sournois, en les accompagnant et les partageant, se laissant caresser les seins, et participant à la délivrance du jeune éphèbe…Belle, aux formes pleines, une poitrine généreuse qu’elle aimait exhiber, des courbes divines qu’elle adorait souligner et dévoiler à ses courtisans, le tout couronné par un sourire enjôleur. Il n’en fallu pas plus…Il insista pour la raccompagner chez elle, sous prétexte de parler… Ils étaient encore autant excités l’un que l’autre, il tenta sa chance dans la piscine de la villa, attiré par ce corps presque nu… Pensées érotiques, effleurements, maladresse, complicité, et ambiance torride, elle se laissa voler un baiser…Elle avait attendu sa majorité ? Elle était tout de même sa tante… Elle se montra digne, expliqua ses réticences à avoir des relations sexuelles au sein de la famille, mais rien n’y fit, il insistait, disant qu’elle ne regardait pas l’âge, ni la famille lorsqu’elle était en manque… D’où sortait-il cela ?Perturbée par la remarque, elle céda, entraînée par les affres de sa libido, contre celle d’un homme jeune, ardent, aux arguments convaincants…Cela se passa dans l’intimité du nouveau salon multimédia, aménagé un peu à cet effet par Laurent, amateur de soirées libertines…Lucie échangea donc une nuit d’amour contre la promesse de se tenir tranquille avec sa mère et avec elle, le mieux étant de voir du côté des filles de son âge, comme Anita, qui avait marqué les esprits lors de l’anniversaire de Luc.Luc garda un souvenir impérissable de cette expérience… Lucie resta longtemps première dans ses tablettes…Damien conclut par ces mots :-Marika, tu as été un ange pour notre famille…A partir de là, la soirée prit une orientation très débridée entre tous les trois. Arriva Ida, l’amie de Christiane, déjà évoquée dans ce livre… Présentations, Marika se retrouva seule un moment avec Damien, parlant de son métier, de la solitude de sa femme… Il fit allusion justement à Ida qu’il présenta comme une de leurs amantes épisodiques, Christiane trouvant du réconfort auprès de la veuve, elle la partageait mais la voyait seule aussi…Damien lui fit signe, Marika le suivit, et en effet, Christiane et Ida étaient enlacées dans la salle de bain, un long baiser, accompagné de caresses…-Tu m’as manquée… Luc m’embêtait, on ne savait que faire… Tu n’étais pas là…-Il se masturbait toujours ?-Oui, j’ai demandé à une amie de s’en occuper, elle l’a fait et c’est terminé…-J’étais en manque aussi… C’est long les vacances en famille… Tiens, caresses-moi…Christiane se glisse entre les cuisses sous la robe relevée, s’ensuit un léchage de foufoune en règle… Qui devient mutuel…C’est là que je ressens la main de Damien passer entre mes cuisses, geste coquin et direct, que j’adore dans ces circonstances… Je le laisse continuer, dissimulant mon plaisir au maximum, tout en ne manquant rien du tableau…Christiane est véritablement transcendée… A moitié nue, elle s’offre aux caresses et à la langue agile de son amie, se tournant, se penchant, se caressant aussi… Ida est partout, active aussi, les fesses écartelées, sous l’assaut tactile de Chris… Les deux jeunes femmes deviennent sonores, laissant échapper soupirs, râles et gémissements…-Ils vont se douter…-Damien va comprendre, et j’en ai trop envie…-Oh, oui… Tu me fais jouir déjà… Je ne me suis presque pas caressée depuis un mois…-Ma pauvrette, tiens… Tu veux mon gode ?-Il est là ?-Dans le tiroir du haut…Ida est désormais nue, elle est un peu plus grande, brune teintée escort tuzla aux yeux marrons, ses seins sont plus petits que ceux de Christiane, son ventre est légèrement bombé, quelques rides d’abandon de soi, son pubis est gris blond clairsemé, cuisses nerveuses, longues jambes de danseuse…La main de Damien a déclenché ma source, est passée sous ma culotte, et met le feu aux poudres, je vais devoir agir bientôt…Ida jouit pleinement, le gode enfoncé dans l’anus, piloté par une Christiane inconnue, sensuelle, aimante, lascive, perverse…Les deux femmes s’en donnent à cœur-joie, échangeant l’objet ludique, essayant d’atteindre d’autres orgasmes, grâce à une multitude de fonctions et de positions.La main ne suffit pas…Titre que pourrait revendiquer James Bond, je m’appuie sur une commode, ma culotte descend, son sexe me pénètre, me possède, m’envoie ailleurs…Gros, large et long, j’entre au paradis du sexe. Caressée activement, mes seins libérés, abandonnée dans ses bras… Il m’emporte et me dépose dans un grand lit…Je l’honore quelques minutes pour le remercier, puis m’empale sur la chose dressée fièrement vers le ciel… Les mots me manquent lorsque je me pénètre… Ecartelée sur son bassin, chatte ouverte et luisante de désir, il a saisi mes seins et les masse en accompagnant mes mouvements… Mon plaisir monte, m’envahit, me submerge, je viens de jouir en râlant sans retenue. Je change de position et lui offre mes fesses, j’ai envie de jouir encore et encore…Il est délicieux et tendre, planté dans mon intimité, les mains agrippées à mes hanches, il me joue une partition de plaisir intense, exécutée d’une main de maître, la tête enfouie entre mes bras, l’esprit rivé à mon sexe, dilaté, perforé, jusqu’à un intense orgasme qui vient m’emporter… Des mains me secourent, me parcourent, m’entourent, des seins, des chattes, elles sont là avec nous, partout, autour… Ida suce le membre régénéré avec délice, fermant les yeux de plaisir d’un mouvement de tête lascif, très appuyé pour venir emboucher la hampe dans sa totalité, jusqu’aux bourses… Il grogne de plaisir, ils se connaissent… Chris vient m’embrasser tendrement, une main glissée dans mon intimité qui revit, qu’elle découvre, qu’elle excite…Je lui rends sa caresse, venant boire son calice qu’elle m’a offert, cette vulve immense, aux grandes lèvres rosées, découvrant le saint Graal…Mes lèvres s’en emparent et la portent à un récital sonore, qui fait délirer nos partenaires, Ida parvenant à une jouissance débridée, perforée en cadence par un sexe rougeoyant, elle parvient à un orgasme vaginal, écartelée sous Damien, au maximum de son art…Que de sexe ensuite, car nous échangeons nos partenaires, goûtant, offrant, pleurant, gémissant comme des chattes en chaleur.Ida se révèle une experte, enjouée, active, ne laissant aucune partie de mon corps inexplorée…Notre mâle en rut arrive à nous contenter, Christiane lui offre les fesses de son amie, il la sodomise en l’emportant dans un délire de jouissance débridée et sauvage auquel elle nous convie avec passion…-Oh oui !… Prends-moi au cul, défonce-moi… J’en ai rêvé de ta bite dévastatrice… Tu m’encules à fond… Encore, je veux jouir de ta queue…Certes, ce n’est pas très académique comme langage, mais ça vient du cœur…Ensuite c’est Christiane que l’on assaille tous les trois… Ida entre ses cuisses, je m’occupe des seins, Damien lui fait une feuille de rose de folie, l’emportant au pays des délices…Elle jouit une partition nouvelle, variée, un orgasme total…-Oh, oui… Prenez-moi… C’est bon de sentir vos langues, vos sexes, vos chattes, vos caresses et surtout vos doigts qui s’immiscent en moi, me donnent le vertige, je jouis et n’arrête pas de le faire, baisez-moi, faites-moi jouir encore, Damien, fais-moi pareil qu’Ida, sodomise-moi aussi…La soirée est intense, la nuit divine, nous la terminons dans leur jardin secret, ce petit havre de tranquillité, de fraîcheur, où notre complicité devient un échange particulièrement tendre et doux, chacun d’entre nous ressentant cette communion avec la nature, l’herbe, les senteurs…Christiane accède de nouveau à cet orgasme total où Damien la prend avec tant de tendresse et d’amour qu’elle jouit en recueillant sa semence, comme elle l’avait fait des années plus tôt, en concevant Luc…Y a-t-il un rapport entre elle, Luc et cet endroit si féerique qu’elle entretient avec amour, avec force fleurs, buissons, arbustes, gazon et mousse ? Nous cache-t-elle autre chose que ce lieu d’abandon total dans les bras maritaux ?Nous rentrons dormir dans la maison, Ida vient avec moi, heureuse d’avoir rencontré une nouvelle amie qui partage ses goûts.Damien est parti tôt, le café nous attend, les croissants aussi…Nous nous installons sur la terrasse en bord de piscine, discutons du programme de la journée, nous sommes jeudi…Lucie fait son apparition, belle et rayonnante, un pantalon noir moulant, un chemisier fleuri coloré et décolleté, elle a déjeuné et vient nous aider si besoin… Christiane téléphone aux beaux-parents, mais tout est fait, prévu, organisé…-Vous avez vu vos enfants ce matin ?-Non, pas depuis hier.-Hier soir nous avons fait connaissance, une bonne soirée, Damien s’était libéré, il est parti très tôt ce matin…Je ne sais pas si Lucie connaît Ida, elles ont l’air amie. Christiane aurait-elle invité sa belle-sœur dans quelque soirée passion ?-Nous avons aimé passer cette soirée ensemble avec Damien, toujours délicieux…-Ah, vous l’avez goûté alors ?-Lucie !…-C’est normal, trois femmes avides et solitaires, un homme sevré de sexe toute la semaine, ça ne peut qu’exploser…-Et il a explosé, nos chattes, nos entrées de service, pulvérisé nos interdits, un démon !…-Nous étions assez nombreuses pour le revigorer à loisir, et il a aimé ça…-J’aurais dû venir, mais j’étais épuisée…-Ah, ma chère, tu as manqué une soirée magique, mais on va se ratt****r…-Je ne connais pas Marika…-Vous êtes très proches dans la philosophie, dans l’âge, dans votre silhouette, vous avez pas mal de choses en commun…-Le sexe ?-Oui… Vous aimez le pratiquer à loisir, bisexuelles expérimentées…-Que de compliments, vous voulez une démo ?C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de la belle-sœur coquine…Après-midi assez délurée au sein de la pièce dédiée chez Lucie, 4 femelles excitées, prises dans une ambiance torride, se libérant totalement pour une orgie lesbienne…Ida, Christiane, Lucie et moi au sommet de leur art, en double, en trio, en quadrette, dans un partage parfait et une envie de plaisir immoral, Christiane venant même partager certains tableaux avec sa sœur… Retour aux sources m’ont-elles dit après, souvenir de leur adolescence où les règles étaient floues et les désirs inavoués…Ces échanges discrets et ponctuels furent le point de départ d’un rapprochement, elles ne prirent plus de précaution pour se cacher de l’autre, mais au contraire, entamèrent une période de liberté entre leurs couples, les deux sœurs aimant s’abandonner certaines soirées à des échanges de maris…C.Le MariageLa soirée fut, en tous cas, très réussie. Tous les invités s’étaient donnés le mot pour être détendus et si le passage en mairie avait été décalé, l’église fut un moment intense et prenant.La mariée rayonnait de mille feux dans une robe sans bretelles, décolletée avec beaucoup de goût, ornée de mousseline, pas trop longue. Lui, beau comme un dieu dans un costume 3 pièces crème, posait ses yeux sur les beaux décolletés de l’assistance et elles avaient l’air d’aimer cela…La séance photos se déroula près d’un petit lac, très agréable, et nous pouvions improviser à loisir des tableaux champêtres, loin des traditionnelles images familiales…Je me débrouillais même pour capter son regard par mon soutien-gorge pigeonnant mais récalcitrant, qui laissa échapper un de ses protégés, le temps d’un clic coquin…Mais pas de jalousie, Julie m’adressa un sourire complice, que j’interprétais comme une excuse…Le repas s’avéra délicieux, repas de fête, du terroir, foie frais, salades, gambas grillées, puis un trou Charentais, Cognac-orange, Cognas-Cognac ou autre délice, glace à l’orange, poire, cassis, sorbets de tous poils… Enfin les rôtis, de biche et de cerf, sauces aux fruits rouges, pommes de terre accompagnées de cousins des sous-bois, marrons, cèpes et girolles, puis fromages, pièce montée, et j’en passe… Le tout arrosé par quelques crus particulièrement délicieux, de Bourgogne et de Saint Emilion, Champagne et eaux de vie…Julie avait invité quelques copines, les plus intimes, qui mirent le feu à la soirée et lancèrent le bal. L’orchestre était composé de trois musiciens, animé par le papa du marié et des copains habitués à diriger les jeux qui se multipliaient…Je passais au travers en allant aux toilettes, trouvant Lucie et Christiane, gentiment courtisées par deux jeunes hommes en quête de distractions…-Salut les copains… Vous n’aimez pas les jeux ?-Bonsoir Marika, voici Lino et Dave, deux copains de Luc… Si mais ceux-là…-Bonsoir Marika, justement, nous allions promener dans les bois avec ces biches pour digérer un peu notre trop-plein d’alcool, ça vous dit ?-Je ne suis pas contre, j’ai pas mal de verres à éliminer…-Nous n’avons pas dit oui, encore…-Mais si, vous transpirez, votre cœur bat un peu plus vite et vous nous attendez…-Non, on attendait d’avoir terminé notre maquillage…-Bla-bla-bla… Vous êtes magnifiques, venez prendre le frais au bord du lac, on peut en faire le tour aussi, inventer d’autres jeux…-Nous sommes mariées, vous le savez…-Parfaitement, et nous respectons… Cela dit, ils ne s’accrochent plus à vos basques à ce que je vois…-Lino, tu as une vue perçante… Non, le mien aime la chair fraîche… La nouveauté…-Alors Marika vous suivez ?-On se tutoie…-Tu es cool… Viens…Nous voilà marchant vers le lac, un petit chemin dans la forêt, et un pré, des bancs autour, la plage de sable, un ponton accueillant au milieu du lac, un autre pour pêcher…Nous voici assises au bord, les garçons voulant se baigner et nous y invitant…-Allez Lucie tu aimes le bain… Christiane aussi, on t’a vue dans ta piscine, tu nages bien…-Oh… Il y a longtemps alors…-Mais non, Luc révisait… Nous aussi… En regardant par la fenêtre…-On est sans rechange…-Pas besoin… Nues et libres, il fait nuit… Venez nous rejoindre sans attendre… Elle est terrible…Lucie se lève et va vers la plage pour goûter l’eau… Elle retire ses vêtements, les dépose sur un des bancs et entre rapidement dans l’eau fraîche, puis nage vers le ponton…-Oh, vrai, magique et douce… J’adore sentir ces eaux purifiées par les plantes, sentir la vase sous mes pieds… C’est délicieux… Venez les filles, je sens déjà des picotements de partout…On l’imite en passant comme elle par la plage pour nous déshabiller… Nous voici avec juste la tête hors de l’eau près des jeunes qui nous coursent…-Arrêtez, on n’a plus 20 ans pour faire la course… Mais on est capables de vous rejoindre sur le plongeoir au milieu…-Allez ?-J’adore, j’y passais des après-midis entiers…Nous nous mettons à la brasse et nous dirigeons vers le ponton au milieu du lac, une centaine de mètres… Les garçons tournent autour assurant notre sécurité, gentille attention…Lino, svelte et bronzé monte le premier, Dave le suit et ils nous aident à sortir de l’eau, contemplant nos nudités, mais exposant la leur… Bien éduquée, je ne vois que ses yeux bleus…La bise est tiède, c’est très agréable, nous nous allongeons sur le bois chauffé par le soleil de la journée…-On se met au milieu, comme ça si vous avez froid…Lucie est au centre, je suis contre Dave, Chris est contre Lino…On parle de cet endroit, de la source et de la rivière… Puis nous parlons des mariés, ensuite un peu d’eux, après le bac, le choix difficile pour leur avenir…J’ai les yeux au ciel, je regarde les étoiles, détendue, un havre de paix.On n’entend plus Lucie…Je tourne la tête, elle embrasse tendrement Lino, dont le sexe est aux mains de Chris…Les premiers soupirs s’élèvent doucement, puis le radeau bouge, Christiane prend le sexe que sa sœur chouchoutait dans sa bouche… Ses fesses relevées m’attirent… Ma main palpe ses rondeurs, glisse entre ses fesses et vient frétiller dans son intimité… Elle s’ouvre, gémit, je caresse doucement sentant peu à peu couler sa fontaine… Sa tête dodeline le long du sexe, lentement, ses seins se balancent, je sens le désir envahir mon ventre…Lucie vient de s’empaler sur Dave, Chris s’est offerte, écartelée, afin que Lino vienne la prendre… Le beau sexe luisant la pénètre sans à coup, lui arrachant ses premiers râles, puis entame un va-et-vient langoureux, accompagné d’autres gémissements qui viennent nous enflammer…Le radeau tangue en créant de petites vagues, je me caresse, Lucie vient à mon secours, me lèche abondamment, je me libère, Dave fourre son dard dans ma chatte ivre de désir…Lucie nous accompagne, Dave caresse ses seins magnifiques, en m’emportant dans des délices nocturnes, il me prend avec ardeur et fermeté…. Je prends du plaisir, je sens son membre viril buter mon utérus, il est bien bâti ce jeune… Je jouis pleinement, Lucie m’embrasse, tête mes tétons, vient nous offrir sa chatte… Elle jouit de mes doigts, puis Dave la possède enfin, me laissant pantoise, essoufflée, haletante, à 4 pattes… Lino vient me secourir, il m’empale en levrette, il me chevauche sans faiblir ; la tête entre mes bras, fesses offertes à sa guise, il m’emporte vers un orgasme bruyant… Lucie gémit de plus en plus vite, Christiane la regarde en se masturbant et se partage entre nous et nos amants… Lino s’agrippe à mes hanches, souffle de plus en plus fort, je sens sa délivrance proche, je serre mon vagin, il rugit et expulse sa semence en me clouant sur le ponton, dévastant ma chatte avec son gros pieu, ses couilles butant mes fesses dans ses derniers coups de boutoir, amplifiant mes ressentis sonores…Je râle de sentir ce membre fiché en moi qui m’électrise au moindre mouvement. Je coule de tous côtés, il pousse en moi malgré tout, empoignant mes seins, caressant, titillant… Je me mets à onduler contre lui pour le revigorer… Il me reprend, devient dur de nouveau, sa verge coulisse en moi, puis change de trou d’un seul coup… Je cède, je l’aide, je jouis lorsqu’il franchit ma porte et devient intense de plaisir, je m’ouvre, me caresse, mouille comme jamais sous les assauts délirants… Je gémis enfin en ressentant la vague qui me porte, qui me transperce, mes seins sont écrasés sur le bois, il continue à me pourfendre, insatiable, soufflant et ahanant son plaisir de me défoncer… Je sens une main dans ma chatte rejoindre la mienne, des doigts me masturbent, se plantent en moi comme un sexe malin, m’emportent aussi, chérissant mon clitoris, je crie de plaisir, il jouit aussi… Je suis épuisée, vidée, étendue sur le ventre, les jambes écartées, sans force aucune… Christiane ronronne son plaisir avec Lino dont elle essuie le sexe tendrement…Lucie est pelotonnée contre Dave qui l’enserre de ses bras pour la réchauffer…La traversée me fait du bien, je me régénère pour la suite sans doute, on se rhabille, on se pomponne une fois arrivées, nous nous dispersons sur la piste de dance, transcendées…Laurent vient m’inviter pour un slow, Damien danse avec sa belle-sœur, les filles sont avec la belle-famille…-Tu es radieuse !-Soirée magique, des gens charmants, délicieux repas, vins fins, que demander ?-Oh, on peut toujours rêver…-Charmeur… Ta femme est merveilleuse…-Vrai, mais volage… Oh, on l’a voulu… -Oui, tu ne te gènes pas pendant tes voyages…-Bof, le boulot prime. Si l’occasion se présente, je ne dis pas non…-Je suis une occasion ce soir ?-Marika, tu es une des reines de la soirée, tu le sais…-J’ai vu que Christiane changeait peu à peu, décoincée par l’épisode Luc, puis cette ouverture d’esprit entre vos 2 couples…-Oui, elle vit vraiment une libido nouvelle. Elle m’a demandé de les inviter à notre prochaine soirée coquine…-Quand ?-Oh, nos amis sont rentrés de vacances, on va se voir rapidement, la semaine prochaine sans doute. Tu peux rester ?-Oh, c’est gentil, mais j’ai des rendez-vous, je ne sais pas…-Si tu peux, tu verras, nous avons deux couples extra… Les mecs sont des gaillards, dont un black que l’on n’a jamais vu… Les femmes sont des lianes torrides et vénéneuses…-Hum… Tu me tentes… Un black…-Il y en a un ce soir… Chez nos nouveaux parents…-Oh… -Lucie doit y être…En effet, après un dernier slow et quelques caresses, je me retrouve près de Lucie et Christiane, à la table des beaux-parents.On me présente comme une amie du Sud, je croise alors les yeux noirs d’un géant d’Ebène, pas loin de deux mètres sans doute, une carrure impressionnante…-Ah !… Tu as vu toi aussi… Sa femme est aux toilettes, c’est pour ça qu’il se permet de mâter nos poitrines…-Non Chris, sa femme est allée se faire mettre par mon mari dans un coin sombre du jardin…-Lucie !…-Ben quoi, c’est vrai…-Je viens de danser avec lui la dernière série de slows !-Ah ? Alors ce n’est pas elle, mais il y était, je l’ai vu culbuter ardemment une blonde platine, appuyée sur une table forestière, la robe relevée aux hanches, les fesses bien en chair, et qui savourait l’instant en se massant les seins, en lui beuglant de persévérer !…-Et il l’a fait ?-Sans aucun doute, mais j’ai raté la fin, j’étais pressée…-Par qui ?-Ah… Moriss… Une connaissance… Un de nos « amis », sa femme est la brune qui danse avec le jeune vers la sono…-Mais c’est Luc !J’ai bien envie de rester, si la soirée est la semaine prochaine… Oui, Luc s’est libéré d’Anita qui se déchaîne sur la piste, il gesticule près de cette invitée toute en formes agréables, des yeux verts, une robe courte et moulante, une quarantaine assumée…D’autres de ses copains s’agitent autour d’eux, jeunes et moins jeunes, je me glisse au milieu de cette foule en transe…Je croise Ida avec Damien…-Tiens Marika, voici Moriss, un ami. -Bonsoir, vous aimez la dance ?-J’aime tout ce soir…-Lucie est une luciole, elle enflamme les cœurs et les hommes sans cœur… C’est une amie ?-Oui, de Christiane et Damien…-Ah, nous allons nous voir bientôt il paraît.-Un repas ?-Une soirée, oui… Nous aimons nous retrouver entre amis, nous libérer entre couples…-Oh, je vois…-Vous aimez ?-Je… Oui… Mais je ne suis pas en couple…-Venez, Laurent l’organise samedi prochain chez eux. Vous connaissez leur auditorium ?-Un peu, oui. Ils aiment les vidéos, les films…-Le sexe aussi…-Ça vous dit de vous en parler quelques minutes ?-J’arrive…Il m’entraîne vers là où Lucie disait, il prend ma main, nous marchons avec la lune pour complice… Moriss est grand, brun, les yeux marrons, un peu métissé… Il me serre contre lui et ses lèvres écrasent les miennes, sans autre forme de demande… Aussitôt ses mains sont sur moi, autour, dessus, dessous… En peu de temps ma poitrine jaillit, son sexe énorme est blotti dans ma main… Je me porte à son secours et en bonne ouvrière je me mets à l’ouvrage, mais la tâche est ardue. Un véritable pieu de près de trente centimètres, j’ai beau lécher, emboucher, il butte contre ma glotte… J’arrive à trouver un angle, avalant la chose en cadence, la bouche déformée, sa main entre mes cuisses a baissé ma culotte…Je subis, mais j’adore cet assaut viril, puissant, qui me fait vibrer…Il me soulève et me dépose sur la table, s’installe entre mes cuisses, écarte ma vulve, plonge sa langue en moi… Je sursaute, ça va vite, très vite… Mon corps lui obéit…Ses mains empoignent mes seins, massent, triturent, me font jouir… Il me déplace, genoux repliés, au bord de la forestière. Il est prêt, moi aussi… Son sexe surgit d’un coup, l’énorme gland frotte mon petit jardin, ouvre, écarte les tendres lèvres détrempées par le désir et l’excitation…Il le sait… Il connaît tout de nous, de la femme… Il est à la porte entrouverte…Je n’arrive plus à calmer ma respiration, mon souffle devient bruyant, je me soulève vers lui…-Non, ma belle, attends !… Encore un peu… Désire-le, désire-moi, autant que moi je te désire…-Oh… Oui !…Le gland frotte ma vallée, du clitoris à l’entrée du vagin, tenant les petites lèvres ouvertes, il frotte, frotte…Je vais hurler !Je le sens… Enfin !…Mon ventre me fait mal, tant je le désire… Il pénètre doucement, avec délicatesse… Puis ressort à mi-chemin et entre de nouveau, nous lubrifiant de mes sucs et des siens… Il glisse encore et encore…Il détend mes chairs, entre comme dans un fourreau, prend sa place en moi… C’est intense comme sensation… Un membre chaud que je ressens bouger au plus intime de mon être… Je jouis à chacun de ses mouvements…Je ressens une vague de chaleur qui m’étouffe… Je ne sais plus… Il disparaît de ma vue, se fond, je me sens partir, abandonnée sous son joug… Je suis à lui…Il me baise avec frénésie. Je le griffe, je n’ai plus de forces pour me soutenir…Son pubis claque contre moi, écrasant ses bourses, il entre en moi en entier à chaque assaut… Je n’ai jamais ressenti cela, je suis soumise, incapable de bouger, les yeux révulsés…Il continue à me pourfendre, s’agrippant à mes hanches, tenant mes genoux écartés, mes cuisses ouvertes, mes seins épris de liberté totale qui se balancent sans relâche…Je n’ai pas la force de m’en saisir… Je deviens spectatrice, éperdue de plaisirs…Il se calme un peu, juste pour me dire combien je lui fais de l’effet, combien il jouit et qu’il a envie de ma porte arrière…Il le fait…. Je ne dis rien, je croise ses yeux… Je le sens me préparer lentement, glisser ses doigts, ouvrir mes chairs… Puis soudain, je sens le membre… Je crie de surprise…Plaisir ? Douleur ? Il continue son chemin, arrive au fond de mes entrailles, et repart et revient, et repart et revient, et je hurle de plaisir en le ressentant pousser dans mon ventre…Il me procure un énième orgasme, allongée sur la table, jambes pendantes, son sexe se faufilant dans mon anus… Je ne fais que jouir de ce sexe dément, me procurant sans relâche un plaisir rarement atteint… Je profère des propos diffus, des borborygmes, il atteint le summum, le point culminant…Je me donne, me soulève, m’empale, m’écartèle, je le veux, oui… Je le veux…Il ne se retient plus et délivre sa semence, chaleur intime diffuse, je reste morte de plaisir, enivrée de sexe, pantelante…Il m’aide à reprendre mes esprits, ses baisers sont généreux, tendres, intenses… Je m’abandonne contre lui…-Alors, où tu étais passée ? Je te cherche de partout… Mais tu as l’air saoule !…-Non… Je… -Tu veux prendre l’air ?-Pas la peine, un peu d’eau…-Mais, tu saignes… Tu es nue sous ta robe… Tu viens de faire l’amour !…-Oui !… Je… Oh !… Il m’a défoncée…-Qui ?-Moriss !-Eh bien… Toi alors !… Moriss… Sous le nez de sa femme… Il est bon hein ? Il est parfait… Il ne sait pas s’arrêter… Quel amant !… Et il t’a tout fait ?-Oh… Oui… Devant, derrière, dessus, dessous… J’ai perdu connaissance je crois…-Bien ma chatte… On est bon par ici, tu vois… On n’a pas de soleil comme chez vous, alors on le remplace… Quand je repense à Moriss, je souris de béatitude… Il est… Tiens, rien que d’en parler et de l’imaginer en train de te fourrer la chatte…-Et pas que…-Suffit ! Tais-toi !… Salope !… Nympho !J’ai mis une bonne heure pour retrouver tous mes esprits et mes fonctions vitales…J’ai trouvé des bleus, des traces, des griffures, chaque fois que je prenais une douche…La soirée fut reportée pour une raison inconnue…Je redescendis vers le Sud le mardi, les larmes dans les yeux de Christiane m’émurent énormément, celles de Lucie également. Ma porte leur sera ouverte à leur guise dès qu’elles le désiraient…Je croisais Luc un peu plus tard dans la nuit finissante, les premières lueurs de l’aube s’annonçaient, le parking de la salle était devenu désert, bon nombre d’invités avaient quitté la scène, je le vis dans un énorme SUV de luxe, en train de prendre du plaisir avec la femme de Moriss, Christiane était au volant, enfin, sur la banquette avant, écartelée sur Laurent dont elle enserrait le cou, prenant plaisir à jouir devant son fils, en exprimant fortement ses extases…Je restais un instant, tapie dans la verdure d’une haie, les yeux rivés sur les magnifiques seins qui tressautaient à son rythme. Je préférais quitter la scène doucement, mais ils devaient me ramener à la villa…Je souris en moi-même dans le TGV, en repensant à toute cette histoire, venue de pensées amoureuses d’un jeune ado de 15 ans à l’égard de sa tante et qui est parvenu à ses fins après 4 ans d’attente, se servant de sa mère comme levier de pression…Si c’est pas du désir tout ça !FINMarika842010Août 2017