Sylvie, ma belle-sœur(4)

31 Ekim 2020 0 Yazar: sexhikayeleri

Sylvie, ma belle-sœur(4)Je m’adresse alors à Sylvie et je lui demande si elle est toujours prête à m’obéir quoiqu’il arrive ? Dans le cas contraire notre aventure s’arrête là et il ne sera plus question que je la baise. Evidemment sa sœur ne doit pas être mise au courant d’une façon ou d’une autre de notre liaison. Ce sera notre secret…Sylvie acquiesce et pour confirmer son accord elle se penche vers moi, dé-zippe mon pantalon, extrait mon sexe encore mou et entame une fellation qui ne tarde pas à l’amener à une érection totale. Sa tête est coincée entre le volant et mon torse, ma queue est avalée complètement par sa bouche et pénètre son pharynx. Ca y est, elle est au fond ! Dès la deuxième fois elle est déjà une experte en « gorge profonde ». Elle apprend vite…• Tu es vraiment une grosse salope et de plus très douée. Ta sœur n’est pas aussi experte que toi et pourtant c’est ton ainée. (Je la sens frémir à cette évocation)• Humpff humpfffSes lèvres, à la base de ma bite bien au chaud dans sa bouche, entament de fortes pressions régulières. D’habitude j’arrive à me contrôler mais je sens que cette fois-ci ça ne va pas être le cas. Elle est vraiment trop bonne, j’ai trop envie d’elle et puis cette position dominante m’excite au plus haut point. Il faut que je l’avilisse encore plus avant de décharger dans ce qui est devenu mon garage à foutre.• J’aime ce que tu me fais en ce moment. Accélère ! Plus vite ! Ecoute-moi bien ! Je vais bientôt éjaculer. Tu ne vas pas déglutir et tu vas conserver tout mon sperme dans ta bouche jusqu’à ce que je débande. Une fois ma bite dehors tu vas te rincer la bouche avec, jusqu’à ce que je te demande de l’avaler. Tu es d’accord petite salope ?• Humpff humpfff (je sens alors sa main me serrer la cuisse en signe d’assentiment)Je suis tellement excité que je ne tarde pas à jouir en longs jets qu’elle a beaucoup de difficultés à maitriser pour éviter les débordements et ainsi m’obéir. Ça m’a fait du bien et ne m’a pas trop détourné de ma conduite – je conduis lentement depuis le début et il n’y a pas de circulation sur les petites routes que j’emprunte. Je lui relève la tête. Ces yeux reflètent sa soumission mais aussi, chose étrange, son bonheur.• Rince-toi la bouche lentement et dans le même temps masturbe-toi en faisant pénétrer les doigts de ta main gauche au plus profond de ta chatte. Je veux voir ta main entière disparaitre à l’intérieur. Tu m’as bien compris ?Elle acquiesce et commence la lente pénétration de sa main le plus loin possible dans son vagin tout en continuant le bain de bouche particulier que je lui ai prescrit – Drôle de dentiste !! A ses frémissements, ses tremblements même, je sens qu’elle atteint le point de non-retour et que l’extase va l’atteindre. Je lui cris :• Jouis ! Jouis et avale !Dans le même temps j’attache avec ma main droite le téton de son sein droit que je tords méchamment. Elle pousse un cri, ses yeux se révulsent et elle s’écroule dans son siège tétanisée par la vorcorce de sa jouissance. Des soubresauts l’agitent encore un moment puis, reposée, elle tourne lentement sa tête vers moi et me dis :• Merci je suis désormais ta salope, tu vois le mot ne me fait plus peur et tu peux faire de moi tout ce que tu veux…Sa phrase est sans équivoque : je peux faire tout ce que je veux d’elle et je vais en profiter…• Suce tes doigts, nettoie ta bouche – tu es dégoutante – et tais-toi ! Tu ne parleras plus que quand je te poserai une question.Je farfouille alors dans le vide-poche de ma portière et j’en extrais une lampe-torche d’un bon diamètre – 3cm environ – je lui tends et je lui donne une succession d’ordres :• Eclaire ta chatte !• Ouahhhh elle est dégueulasse tellement t’as jouis. Heureusement que tu dégoulines sur ton pantalon et non pas sur mon siège car je ne sais pas comment j’aurais fait pour le nettoyer… Tu es vraiment une grosse cochonne nymphomane.• J’ai trouvé un moyen pour éjecter toute ta mouille tu vas faire pénétrer la lampe-torche, côté manche, dans ton trou à bites et tu vas te pistonner le plus fort que tu peux, je veux entendre le bruit du clapotis que ça ne manquera pas de générer. C’est compris ?Elle acquiesce et tekirdağ escort entame une masturbation frénétique avec ce gode improvisé. Elle aime ça, c’est incroyable. Je sens qu’elle va venir encore, trop tôt. Je lui cris :• Stop !Elle me regarde d’un air surpris mais s’arrête immédiatement. L’ordre suivant ne tarde pas à suivre :• Maintenant retourne la torche et c’est la tête que tu vas faire entrer en premier !• Mais je ne pourrai jamais c’est trop gros !• Je t’ai posé une question ? Non ? Alors exécute ! Il faut que tu t’habitues à prendre du gros calibre.Elle tente difficilement de faire entrer la tête en écartant au maximum ses cuisses. Ça ne veut pas pénétrer. Elle s’aide de ses doigts pour dilater le plus possible l’entrée de sa matrice et arrive enfin à ses fins.• Tu vois que tu peux y arriver. Allez, maintenant fais-toi jouir de nouveau et ne crie pas trop pour ne pas réveiller ton neveu.Au moment où je lui donne cet ordre je vois que nous arrivons à une aire de parking où je m’empresse de m’arrêter car il me vient soudain une idée folle que je ne peux mettre en pratique en roulant et vous comprendrez vite pourquoi.Elle a l’air surprise par cet arrêt soudain et me lance un air interrogateur en arrêtant sa masturbation. Le parking est désert à cette heure- là.• Mets-toi à poil complétement (Elle exécute en faisant passer son pull par-dessus sa tête)Elle est nue et vraiment magnifique dans cet état. Ses seins bien galbés, dont les tétons pointent, sont un appel au viol. Je recommence à bander.• Tu vas te mettre en genoux entre les deux sièges avant en te tournant vers l’arrière comme ça tu te retrouveras avec ton cul tourné vers le pare-brise.Elle accomplit le mouvement difficile dans l’étroit habitacle du véhicule, mais elle est souple car sportive. Je me pousse au maximum vers ma portière pour lui laisser suffisamment de place. Elle se retrouve avec les fesses à l’air dans la position où je voulais l’amener c’est-à-dire que son cul, mais aussi sa chatte, se retrouvent à quelques cm du levier de vitesse. Vous avez maintenant compris où je voulais en venir ? Eh oui cet objet insolite va devenir un godemichet de course… Et elle aussi a percuté… puisqu’elle s’abaisse d’elle-même sur le volumineux engin qu’elle fait pénétrer dans son vagin. Les précédents exercices, que je lui ai fait faire, facilitent cette intromission. J’approche ma tête de la sienne et je l’embrasse sauvagement. Sa bouche sent mon foutre mélangé à sa mouille mais j’aime ça. Nos langues, que nous nous mordons mutuellement, s’enroulent dans un baiser d’enfer. Dans le même temps elle s’empale sur l’énorme monstruosité qu’elle fait aller et venir au plus profond d’elle-même et de plus en plus vite. Dans la position où elle se trouve, ses seins lourds sont très accessibles. Je peux alors les prendre, un dans chaque main, les malaxer, étirer les bouts que je tords. Mais ce n’est pas suffisant à mon goût. Je lâche l’une de ses mamelles et je dirige ma main libre vers son cul et, sans précaution aucune, je fais pénétrer deux de mes doigts dans son anus. Sous la douleur provoquée, elle quitte ma bouche et pousse un hurlement que je réprime vite en l’embrassant de nouveau avec fougue.J’ai désormais envie de connaitre son ressenti face aux agressions physiques et morales que je viens de lui faire subir.• Ça va ?• Oui (Elle répond d’une voix plaintive et des larmes coulent de ses yeux) mais tu viens de me briser le cul et je vais avoir du mal à m’asseoir et à aller aux toilettes dans les prochains jours.• Ce n’est pas grave, il va falloir que tu t’y habitues quand je te sodomiserai régulièrement. N’oublie pas que tu es vierge du cul et, qu’une fois que j’aurai défloré cette voie, ton anus ne sera plus qu’à mon usage unique ! Ton copain ou tes futurs copains n’y auront jamais droit. C’est clair dans ta tête ?• Oui mon cul t’appartient.• Bon alors continue à te masturber avec le levier de vitesse. Je veux te voir jouir de nouveau.Elle reprend ses va-et-vient et, me surprenant à nouveau, elle arrive à l’extase en quelques secondes, manifestant cet état par des gémissements de plus en plus süleymanpaşa escort rapides et un affaissement brutal de son corps entre les deux sièges.J’ai la queue dure comme du bois. Cette salope m’a excité au plus haut point par son obéissance sans faille. Il faut qu’elle me finisse car j’ai les couilles pleines qui ne demandent qu’à éjecter ma semence…• Suce-moi ! Faut que je finisse !Elle se met en position en libérant son sexe du levier de vitesse et, en trois coups de langue à peine, je jute sur son visage et ses cheveux. Je n’en pouvais plus…Nous allons pouvoir repartir car il se fait tard et je dois rentrer avant que ma femme, sa sœur, ne rentre de son travail (je ne sais pas si je vous l’ai déjà dit mais elle est infirmière dans une clinique de la région)Je la raccompagne d’abord comme prévu chez son copain mais avant, avec des Kleenex, elle fait sa toilette tant bien que mal. Je ne sais pas comment elle va lui expliquer pourquoi elle est dans cet état (Son pantalon n’a plus de boutons et elle est plutôt crade), mais ce n’est pas mon affaire. D’ailleurs sans que je lui demande, elle m’explique son plan.Les toilettes sont dans la salle de bain dès l’entrée de l’appartement. Elle va se précipiter dedans et si son copain lui demande quelque chose elle dira qu’elle est malade. Elle pourra alors tranquillement se refaire une beauté en prenant une douche et sortir nue (C’est son copain quand même !). Quelle ingéniosité !Avant de la laisser au pied de son immeuble, je lui roule une pelle d’enfer à laquelle elle répond avec fougue, puis je lui délivre des instructions qu’elle devra suivre à la lettre.• Une fois que tu seras remise en état je veux que tu fasses passer une nuit de rêve à ton copain parce que demain tu vas le quitter. Dès maintenant tu m’appartiens et les hommes qui te baiseront désormais seront ceux que je t’aurais désignés. Tu as bien compris ?• Oui ! Oui je t’appartiens.• Prends cet enregistreur miniature (C’est celui qui me sert à prendre des notes quand je suis en voiture et je lui explique comment s’en servir) tu vas enregistrer toute ta nuit avec Laurent. Ça veut dire que pour que je puisse me rendre compte, il faudra que tu commentes le plus crument possible tout ce que tu lui feras ou que tu es en train de lui faire. Mais tu as un scénario imposé : dans l’ordre tu lui feras une cravate de notaire, puis tu le suceras et tu avaleras tout sans en laisser une goutte tomber. Pour lui faire reprendre des forces tu lui lécheras le cul en faisant bien pénétrer ta langue…• Mais c’est dégueulasse !• Et alors ? Une pute qui baise avec le mari de sa sœur c’est quoi ? Quand il aura bandé de nouveau tu pourras alors faire l’amour à loisir avec lui tout le restant de la nuit. Je veux qu’à l’aube, quand tu le quitteras définitivement, vous soyez l’un et l’autre épuisé. Je te laisse la manière de faire pour lui expliquer que tout est fini entre vous. Lors de notre prochaine rencontre tu me remettras l’enregistreur que je puisse vérifier que tout s’est déroulé selon mes désirs. Tu as bien compris ?• Oui je ferai ce que tu me demandes jusqu’au bout. Je suis à toi !• Bon tu peux y aller ! Je t’appelle demain pour notre prochain rendez-vous.Ce faisant je lui passe ma main sous son pull pour lui malaxer les seins une dernière fois avant de la laisser partir et je l’embrasse sur la bouche. Elle ouvre la portière de la voiture et s’éloigne dans l’entrée de l’immeuble en me faisant un signe d’au revoir.Jamais je n’aurais pensé pouvoir faire tout ça avec ma belle-sœur il y a seulement un jour… Non seulement je l’ai dominée de bout en bout mais en plus elle a aimé ça. J’ai déjà en tête plusieurs scénarios si dans les prochains jours sa soumission se confirme. Il ne me reste plus qu’à la faire mariner un peu pour la mettre en condition. Ça tombe bien car je pars pour un déplacement professionnel de plusieurs jours.Je rentre à la maison. Il est 3 heures du matin et Sophie va arriver d’un moment à l’autre. Je couche notre fils qui s’éveille à peine suite au transbordement. Je prends une douche pour enlever toutes les odeurs de sa sœur et je me couche.Quelques şarköy escort minutes à peine et j’entends les bruits caractéristiques de son retour : clés posées sur la commode, eau coulant dans le bidet, rinçage de bouche. Dans la semi-pénombre je vois son corps nu se dessiner, ses seins hauts perchés, légèrement plus petits que ceux de Sylvie, ses fesses bien galbées, son port de reine. Ma femme est vraiment très belle et à cette vue je ne tarde pas à bander malgré ma soirée déjantée avec sa sœur. Elle me tourne le dos et à la vue de son cul j’ai une forte envie de la sodomiser immédiatement sans préparatifs.Je sors du lit, moi aussi entièrement nu, et je la prends dans mes bras par derrière. Elle pousse un cri de surprise mais s’abandonne immédiatement dans mes bras sans un mot, juste un soupir de contentement. J’empaume ses seins que je caresse tendrement et je presse ma bite déjà bandée entre ses fesses.Je fais descendre ma main droite vers la fourche de ses cuisses et je cherche son clitoris que je découvre en écartant les lèvres de son sexe. Je le titille doucement, elle gémit. Je la pousse alors vers la table de chevet et la fait pencher en avant tout en lui écartant les jambes. Elle a compris ce que je voulais faire et pose ses mains sur la table pour s’assurer une bonne prise. Je prends mon vit et je l’amène au contact de sa chatte déjà trempée et d’une seule poussée rectiligne je m’enfonce au plus profond de sa matrice pour bien lubrifier ma queue que je ressors immédiatement pour la faire entrer dans son cul. Son anus a l’habitude ce n’est pas la première fois mais, comme à chaque enculade, elle pousse un hurlement pour me manifester sa gratitude comme elle me l’a avoué en de nombreuses occasions et me prouver son amour pour moi. Je le sais et j’en abuse.C’est alors une succession de coups de bites alternatifs : un coup dans le cul, un coup dans le con, un coup dans le cul, un coup dans le con… J’ai déjà vidé mes bourses plusieurs fois dans la soirée, aussi je suis plus endurant. Sophie est secouée par les allers et retours de mes 25 cm de chair en plein érection et je suis obligé de la maintenir pour ne pas qu’elle s’écroule. Elle crie son plaisir, jouis plusieurs fois et finit par abdiquer car elle n’en peut plus :• Arrête mon chéri ! Finis maintenant ! Je n’en peux plus ! Si tu veux tu peux finir dans ma bouche j’en ai envie !Ni une, ni deux je la prends dans mes bras et l’allonge sur le lit de telle sorte que sa tête pende en arrière, hors du matelas. Elle est en position pour une magnifique gorge profonde car ainsi, son larynx est dans le prolongement de sa bouche et je peux faire pénétrer mon sexe en entier dans sa gorge. Ce que je fais immédiatement. Elle hoquète mais prend peu à peu le rythme que je lui fais subir en l’avalant complètement. Je me penche en avant, lui écarte les cuisses et j’entreprends un léchage profond de son sexe. Nous ne bougeons plus, seules nos langues et nos bouches sont en action. Elle est trempée – j’aime l’odeur de son sexe en chaleur – et sa bouche me pompe avec ardeur. A ce rythme mutuel je la sens jouir une fois de plus sous ma langue et dans le même temps j’éjacule dans sa bouche. Elle peut alors tout avaler car la fatigue me fait rapidement débander.Après une rapide toilette nous nous couchons pour nous endormir imbriqués l’un dans l’autre – bite à cul – ma main gauche sur son sein gauche. Au petit matin je la réveille en l’enculant doucement et je finis au fond de ses entrailles, heureux, apaisé.• Sale violeur ! Tu aurais pu me demander ma permission !• Je t’aime !• Moi aussi tu peux recommencer quand tu veux ! J’adore quand, comme cette nuit, tu alternes comme ça dans ma chatte et dans mon cul. Je prends un pied d’enfer. J’ai l’impression d’être baisée par deux hommes à la fois.• Tu aimerais te faire prendre en sandwich par moi et un autre homme ?• Dans mes fantasmes oui mais je ne sais pas si j’oserais en réalité. J’ai peur ensuite de te perdre car tu me prendrais pour une salope.• D’abord je ne te prends pas, ni te prendrais pour une salope parce que tu veux expérimenter d’autres possibilités sexuelles si je suis d’accord. On peut essayer une fois et ensuite on avisera. Qu’en penses-tu ?• OK pour tenter mais il faut que ce soit un inconnu qu’on ne reverra pas par la suite.J’aime ma femme et elle me le rend bien. L’aventure commencée avec sa sœur, Sylvie, n’est qu’une aventure qui ne se terminera qu’une fois son avilissement accompli.