Marie chapitre 4

22 Haziran 2021 0 Yazar: sexhikayeleri

Babes

Marie chapitre 4Après cette rencontre dans le train qui était le fait le plus marquant de ces deux dernières années passées, un jour que je faisais du shopping dans la rue piétonne de bordeaux, je tombais nez à nez avec une ancienne copine de fac, nous discutâmes un long moment sur nos vies, nos parcours, elle était mariée, mais sans enfant, elle me demanda si j’étais toujours avec mon mari, si j’étais toujours heureuse avec lui, et comme elle ne mâchait pas ses mots, si j’étais restée fidèle, pour sa part, elle et son mari étaient très libres sexuellement, ils pratiquaient régulièrement l’échangisme, et une fois par moi ils organisaient dans leur propriété des soirées privées avec des personnes triées sur le volet, je finis par lui avouer mes déboires sexuels, de lui parler de Marc, de ma nymphomanie qu’il avait révélé, ce qui la fit beaucoup rire car à l’époque de la Fac, elle me trouvait coincé du cul.D’emblée elle me proposa de venir à une de ses soirées, ce n’étaient pas des partouzes, juste des rencontres qui pouvaient rester totalement amicales, mais si les gens se plaisaient, elle avait plusieurs chambres d’amisDeux semaines plus tard, je fus donc invitée à sa soirée, canlı bahis c’est le cœur battant et très excitée que je m’y rendis. Effectivement l’atmosphère était convivial, sympathique. Béa me présenta à ses amis, et je fis ma petite sensation, je sentis certains hommes me déshabiller du regard d’autant plus que j’avais revêtu une robe sexy fine, moulante à souhait qui mettait en valeur mes formes.Après avoir passé quelques minutes à observer les uns et les autres, je fus invitée à danser par un des convives à qui j’avais fait mon plus beau sourire. c’était un bel homme avec un petit côté bad boy qui était loin de me déplaire. Dès le début du slow, il m’enlaça doucement, ses doigts couraient le long de mon échine me procurant de délicieux petits frissons, en se frottant un peu contre moi, il me fit comprendre que je ne lui étais pas indifférente. Constatant que je ne formulais aucune opposition, il s’enhardit un peu plus, ses mains remontèrent vers mon visage qu’il caressa doucement et dans la seconde qui suivit, sa bouche prit possession de la mienne.il embrassait super bien, et je sentais mes cuisses s’humidifier, il y a avait bien longtemps que je n’avais ressenti bahis siteleri une telle excitation. Après le slow, nous ne nous attardâmes pas et nous rejoignîmes une des chambres, tout en découvrant mon corps nu avec sa bouche, il caressait délicatement ma chatte qui se gorgeait de reconnaissance, puis ses doigts coururent sur mon clitoris, et utilisant ma mouille abondante pour lubrifier mon clitoris, il me caressa doucement et je fus vite emportée par un premier orgasme clitoridien, à peine avais je jouis que je le suppliais de me prendre.Quand il me pénétra dans la position du missionnaire, et commença à me limer, je partis immédiatement dans les aigües, il me baisa un long moment ainsi me faisant jouir à deux reprises, puis me retourna et me prit en levrette, les mains accrochés à mes seins et son ventre claquant contre mes fesses, tentant de s’enfoncer de plus en plus loin en moi, je me faisais défoncée et j’aimais ça. Quant il se senti sur le point d’éjaculer, il me retourna à nouveau et inonda de sa semence mon ventre et mes seins.Après avoir fumé une cigarette, je mis à le caresser, j’adore caresser le sexe des hommes quand ils ont éjaculé, leurs queues si fières bahis şirketleri quelques instants avant deviennent toutes petites, recroquevillées, inoffensives, je ressens toujours une certaine émotion à cet instant, au bout de quelques minutes son sexe recommença à prendre vie, commençant par trembloter, puis à se tendre légèrement.Ma bouche s’approcha de cette verge encore un peu molle, délicatement je me mis à le sucer, à lui mordiller la peau le long de sa verge, à le lécher de son anus à son gland, à l’affoler avec les bout de ma langue puis toujours doucement à le sucer sur toute sa longueur, je le sentis redevenir dur dans ma bouche, et le regardant je lui demandais si il avait envie de me sodomiser, car il y avait plusieurs mois que je n’avais pas gouter et ça me manquait.Il se redressa, écarta mes fesses et s’enfonça doucement et une fois que mon sphincter céda, il n’eut aucune difficulté à s’enfoncer totalement d’un coup et il commença à aller et venir dans mon anus, je ressentis ce violent plaisir que j’aimais tant, je ne fus plus alors que jouissance, le temps s’était arrêté, j’étais tellement ailleurs que je ne le sentis même pas se vider dans mon anus, ce ne fut que quand sa queue sortie de mon petit trou que je m’en rendis compte.Nous restâmes un petit moment à reprendre nos esprits, puis après avoir fumé une autre cigarette, il se rhabilla et me laissa seule dans la chambre