Samia 3 – Une nuit chez les Roms.

4 Ekim 2020 0 Yazar: sexhikayeleri

Samia 3 – Une nuit chez les Roms.Julien. *******Pour sortir de la boîte, Samia me tient fermement par le bras. J’avoue que je ne marche plus très droit. C’est à nouveau elle qui roule. Elle a bu beaucoup moins que moi et elle a l’air de très bien tenir l’alcool. Malgré mon état, je pense à cette demi-journée avec elle et à ses paradoxes. Mes parents sont très autoritaires et je déteste ça. Alors, pourquoi obéir à Samia ? Je suis peut-être tombé amoureux d’elle en un temps record ? Ou alors, c’est qu’avec elle, je cesse d’avoir des idées noires, des angoisses ? Demain, je compte quand même lui dire clairement les choses. J’aimerais une aventure avec elle, à condition de cesser de me traiter comme elle le fait… Arrivés devant le terrain vague, elle me demande : — Julien, c’est comment pour enclencher le 4 X 4 ? — Je… ne sais pas. Elle soupire, puis brutalise le changement de vitesse et elle trouve. On prend un chemin défoncé. Ce n’est pas évident, même en 4 X 4, mais elle conduit bien. Elle colle la voiture contre sa caravane, puis me dit : — Si tu dois pisser, c’est dehors. Si tu dois chier, attends demain, je te montrerai les chiottes du camp. Dès qu’on est entré, elle enlève sa robe. Je la regarde : qu’est-ce qu’elle est belle ! Ses seins bougent, tandis qu’elle débarrasse le lit de tout ce qu’il y a dessus. Elle fait un gros tas de tas de vêtements sales à côté du lit en disant : — Tu dors là! Elle se couche et éteint la seule lampe qui était allumée. Bon… Demain, je lui dirai qu’elle doit me traiter autrement. Je me couche sur ses vêtements… Je ne suis pas attiré par les odeurs, mais avec Samia, c’est à nouveau différent et je m’endors avec un de ses tee-shirts comme doudou. *** Je suis réveillé par un coup de pied dans les fesses, c’est Samia, qui me dit : — Debout ! Ouch ! J’ai la gueule de bois. Je la vois prendre dans le tas de vêtements sales un short en jean et un tee shirt. Elle les enfile me disant : — Dépêche-toi ! J’enfile les vêtements que j’avais hier, ce n’est vraiment pas dans mes habitudes, mais comme on dit “À Rome, fais comme les Romains”. Ici, ce serait “Chez les Roms, fais comme les Roms.” Dans un coin du camp, il y a une toilette comme celles qu’on installe sur les chantiers. Samia entre et ne ferme pas la porte. C’est dingue de faire ça, pratiquement fethiye escort en public. À la fin, elle s’essuie avec un morceau de journal en me disant : — À toi ! Et pas des heures, hein ? Moi, je ferme la porte et heureusement, ça va vite. Dès que je sors, elle m’annonce : — On va déjeuner. On ne se lave pas les mains ? Il semble que non. Il y a une dizaine de caravanes dans ce terrain. Des gens ont installé des tables et des chaises à l’extérieur, pour déjeuner. Elle va vers un petit groupe de gens qui mangent et embrasse tout le monde. Une femme bien en chair lui demande : — Tu déjeunes avec nous ? — Je ne veux pas déranger Luludja, surtout avec un gadjo. — Pas de problème. Il s’appelle comment ? Elle me regarde, je réponds : — Julien, Madame. Merci de m’inviter. — J’espère que tu aimes le hérisson. On en a trouvé un beau hier sur la Nationale. — Euh…. Ils se mettent tous à rire. La femme me dit : — Je te charrie. Ouf, le hérisson écrasé, ça ne me dit rien. Je les regarde. Difficile de voir que ce sont des Roms. Un des enfants est même blond. Et, ils mangent comme nous : du pain et de la confiture. Ils boivent du café. Je dis à Samia : — Je devrais téléphoner chez moi, sinon ils vont s’inquiéter. — Il y a une cabine pas loin. On déjeune… Ensuite, je remercie Luludja et sa tribu. On retourne vers la caravane de Samia. Elle me dit : — Je vais te donner une idée de la vie avec moi, si on se marie (!!!). Le moins, puis le plus. Je la regarde avec un air ahuri, sans doute, puisqu’elle m’explique lentement comme on le ferait à un enfant pas très malin : — Tu devras obéir mais tu seras récompensé. D’accord ? — Oui Samia…. Quand on est dans la caravane, elle me dit : — Pour commencer, trie le linge sale, un tas avec les culottes, un tas avec les tee-shirts, le blanc d’un côté, couleur de l’autre. Et puis tu ranges, c’est un peu le bordel. Pourquoi un peu ? J’ai jamais vu un bordel pareil! Elle va s’installer dehors au soleil avec un magazine et elle discute avec différentes personnes qui passent devant la caravane. Trier ses vêtements sales, c’est troublant : j’imagine les strings entre ses fesses et contre sa chatte. Les tee-shirts sont aussi imprégnés de son odeur. Quand j’ai fini de trier les vêtements, je trouve un rouleau de sacs poubelles. J’en remplis escort fethiye deux avec des canettes et des boîtes de conserve vides, une autre avec divers détritus. Je n’ai jamais fait ça. On a des servantes pour faire le ménage. Samia doit être une sorcière ou une magicienne, elle m’a ensorcelé. Je ne peux pas m’éloigner d’elle, quitte à faire son ménage. Est-ce que le Dieu des bonnes me fait payer mon attitude avec Lucy ? Je frotte aussi toutes les surfaces… Je transpire et j’ai envie de prendre une douche… Je refais son lit du mieux que je peux. Je sors de la caravane pour lui annoncer : — J’ai rangé, Samia. Elle entre dans la caravane et jette un rapide coup d’œil. Elle ne commente pas, se contentant de dire : — Déshabille-toi et couche-toi sur le lit. Elle se déshabille aussi et elle vient s’asseoir sur moi. Plus exactement, elle s’assied sur mon visage. J’ai sa chatte sur ma bouche et mon nez entre ses fesses ou pour appeler un chat un chat, le nez presque dans son cul. C’est… euh… un truc de dingue. Et plus dingue encore, je trouve qu’elle sent bon. Elle a une odeur chaude et corsée, comme sucrée. Elle m’ordonne : — Lèche. Je commence à la lécher tandis que son odeur m’envahit. Je n’aime pas, c’est trop fort et en même temps son odeur et son goût m’affolent. Elle se penche et commence à “jouer” avec mon sexe. Je n’ai jamais été aussi excité de ma vie, c’est de la folie! Elle me… masturbe avec deux doigts, je ne vais pas pouvoir tenir longtemps… Quand je suis sur le point de jouir, elle s’arrête. Elle va continuer ce petit jeu un moment… Pendant ce temps, je lèche sa chatte et je respire une odeur telle que Marc Antoine devait s’en mettre plein le nez au cul de Cléopâtre…. Ou Charles VI, au cul d’Agnès Sorel, la dame de Beauté. Ces pensées étranges me viennent tandis que je suis sous ses fesses, toujours à un doigt de jouir. Elle se fait aller et venir sur mon visage, mon nez vient même faire une incursion dans son vagin. Elle accélère le mouvement, je suis devenu son sex-toy. Bientôt, elle jouit sur mon visage. Je bouge un peu la tête pour lui demander : — S’il vous plaît… — Quoi ? — J’ai envie… de jouir. — Allez bon, je t’ai dit que tu verrais le bon côté… Oh ! Elle prend mon sexe en bouche ! Sa bouche est douce, chaude et humide, fethiye escort bayan c’est merveilleux comme sensation… Elle me suce très lentement, mais impossible de me retenir. Je vais jouir dans sa bouche ?? Oh oui… Oooohh c’est bon… Elle avale tout. Elle avale même mon âme, mon cœur, mon cerveau… en même temps que mon sperme. Elle se relève et me dit : — A ton tour d’avaler. Elle se met au dessus de moi en écartant bien son sexe avec ses doigts. Et… oh ! Elle pisse. J’avale le liquide chaud… Heureusement, elle ne fait qu’un petit peu. Elle me dit : — Voilà, j’ai marqué mon territoire, les autres femelles sauront que tu es à moi. Elle va sous la douche, rapidement… et s’essuie encore plus vite. Ensuite, elle met sa robe rouge, un string et des espadrilles compensées noires, c’est tout. Je me rends compte que ça fait 25 h que je ne déprime plus. Samia est le meilleur antidépresseur qui soit. Elle m’annonce : — On va téléphoner à ta mère et ensuite on se fera inviter à bouffer. On sort du camp pour aller dans une cabine. Elle entre avec moi. On est collé l’un à l’autre, qu’est-ce qu’elle me plaît ! J’appelle et j’ai ma mère en ligne. Bien sûr, elle m’engueule… Elle crie si fort que Samia entend tout. Elle me dit : — Passe-moi ton téléphone et sors de la cabine. Incapable de résister à Samia, je lui donne et je vais attendre dehors. Une discussion entre ma mère et une Rom, ça va être spécial ! Quand elle a fini, elle de la cabine et me demande : — Tu veux partir en vacances avec moi ? — Oui… — Tu sais que tu devras m’obéir. — Oui, je sais. — Bon, c’est arrangé. On va chercher des vêtements cet après-midi et je discuterai avec ta mère. On retourne dans le camp. Il y a des odeurs de barbecue… On se dirige vers une autre caravane. Il y a pas mal de monde autour d’une table, une jeune fille cuit de la viande sur un gril posé sur des pierres. Samia embrasse tout le monde. Je reconnais le gros type, patron de la buvette où j’étais hier. Je dis bonjour. Ils me regardent intrigués, pas vraiment chaleureux. Samia demande au gros type : — Je vais voir les parents du gadjo cette après-midi, tu peux me remplacer ? — Oui, bien sûr. — Merci… bon, on va aller manger. Une femme plus âgée lui propose : — Tu veux manger avec nous, ma belle ? — Volontiers, merci beaucoup. On nous fait une place. C’est bon ce qu’on mange, j’espère juste que ce n’est pas du hérisson. Je bois du rosé, je regarde Samia… Je suis bien. A suivre. Si vous aimez mes histoires, vous aimerez mes livres. Infos : mia.michael@hotmail.fr