Valérie 11 – La pute de chantier

1 Ekim 2020 0 Yazar: sexhikayeleri

Valérie 11 – La pute de chantierComme à mon habitude, en ce dimanche après midi, je discute sur un site avec un homme au pseudo de mec qui semble apprécier les bonnes salopes mais d’entrée, son ton est plutôt dominateur et mes photos l’excitent beaucoup …ses questions sont plutôt directes et précises : tu aimes être tenue en laisse, attachée , tu as des godes, des pinces à seins ? Tu aimes les fessés, les mots cru ? Je lui réponds que j aime bien les fessées et me faire pincer les seins et que j ai de nombreux godes dont je me sers régulièrement… Que j’aime être soumise mais de façon plutôt soft… Que je suis une vieille salope vicieuse qui aime tous les jeux et en particulier la fellation et la sodomie. Il semble ravi… et me décrit tout ce qu’il aimerait faire avec une vieille pute comme moi. Inutile de vous dire que je suis dans tous mes états et que ma petite culotte est trempée…Comme je n’aime pas recevoir la première fois (on ne sait pas sur qui on peu tomber) et lui est marié et vit en couple, nous réfléchissons à un lieu discret pour ce rencontrer… – Et tu sors habillée en salope en plein jour ? me demande t il ?- Bien sur mon chou. J’assume totalement d’être une salope trav.J’hésite quand même en me posant milles questions sachant que je ne le connais pas … Son message suivant est celui qui m électrise et me décide à y aller : – Donc si je te donnes une heure et un lieu, tu y sera habillée en salope. Après plusieurs minutes je réponds: oui… – Dis-moi ce que tu voudrais que je porte ?- Ce que tu veux du moment que tu as un look et un maquillage de pute… Il me donne rendez-vous à 17h proche d une carrière au bout d’une route sans issue. Il me précise qu’il y a un portail fermé mais que c’est lui le propriétaire. Je dois l’attendre hors de ma voiture devant la grille. Il insiste pour me voir en petite pute et me demande d’amener des jouets… A 16h30 je suis sur place… lieu visiblement très tranquille, loin de tout, cela me convient et en même temps me fait un peu peur. Je sors de ma voiture et me retrouve en pleine nature ce dimanche après midi habillée clairement comme une pute : Jupe ultra mini qui recouvre à peine mes fesses et laisse voir la bande de dentelle de mes bas. Chemisier en voile transparent sous lequel je porte un soutien-gorge balconnet qui offre mes pointes de seins, mes cuissardes à talons de 12 cm, le tout dissimulé sous un long imper beige. Un maquillage outrancier de lourdes boucles d’oreilles et un collier… de chienne. je dois dire que ce moment est déjà hyper excitant…mon sexe en frétille dans ma culotte de dentelle. N’importe qui peut arriver …peut être que je suis déjà observée …les minutes passent je me détends et commence a me promener ici et là en roulant du cul et en caressant mes tétons… j’ai le clito qui durci un peu, mais je suis tout de même un peu stressée car je sais pas trop à quoi m’attendre… Au bout de 25min une voiture arrive… il m’a donné une description, mais on ne peut voir la voiture qu’au dernier moment…je suis debout devant la mienne bien en vue quand la voiture arrive mais ce n est pas lui !! C’est un couple qui s’avancent au bout de la route… ils m’ont vu mais je reste sans bouger ils font demi tour en prenant le temps… je n’ose pas les regarder … et ils repartent. Je suis soulagée mais excitée d’être vue ainsi… A peine remise de cette montée d’adrénaline que mon rdv arrive… un énorme 4×4. C’est lui… je l’attends sans bouger, mon imper ouvert dévoilant mes charmes. Je suis surprise de son apparence… il est grand, très viril et imposant et avec un air très pervers et décidé… Là j’avoue que je flippe un peu d’être toute seule ici avec lui… – Alors vieille pute tu es venu de faire baiser ? Hein ma salope ? Waouh ! il est plutôt direct le monsieur… il s’approche de moi, glisse une main dans l’échancrure de mon chemisier, m’att**** un téton et le pince. De son autre hatay escort main il me pelote les fesses fermement. Je me tortille un peu.- Hummm ! Bonne petite pute… Tu aime ça hein ? Ca te plait de faire la salope ici ? – Bien sur que ça me plait…- Suis-moi. Il ouvre le cadenas et les deux voitures s’engagent dans la carrière. Il referme et nous roulons jusqu’à une baraque de chantier. Nous descendons des voitures et il me fait entrer dans le cabanon. Il y a juste une table et quelques chaises en bois, des outils, je vois aussi des chaines, des cordes et des poulies. Il me pousse et je m’appuie sur la table. – Penche-toi… fais-moi voir ton cul de pute. Il prend ma culotte qu’il descend a mi cuisse il m écarte les fesses, les tripote et paf !! la première claque… je gémis … – Pas mal… joli cul… Amène ton sac pour voir ce que tu a amené comme jouet… Je le récupère et reviens vers lui la culotte toujours à mi-cuisse. – Allez salope, retire ton imper et penche toi en avant, appuie-toi sur la table et cambre toi bien… Je m’exécute. Dès que je me penche j’ai les fesses à l’air tellement ma jupe est courte.- Parfais, tu aimes être une bonne chienne ? N’importe qui pourrait arriver et te voir ainsi salope ? Hein et si d autre mecs arrivaient maintenant hein ma salope ? Tu leur offrirais ton cul de chienne… Son langage cru, sa v******e m’excite mais me font également peur… il me claque fortement le cul, ses fessées sont de plus en plus fortes et rapprochées… jamais on ne m’a frappée aussi fort ! Mon cul doit être rouge et la aussi je suis partagée entre la douleur et l’excitation.Je suis totalement à sa merci… Il me fait mal, mes fesses me brulent… Il retire mon chemisier avec v******e, et s’empare de mes pointes de seins. Il les triture, les pince, les étire. J’en ai presque les larmes aux yeux.- T’es vraiment une chienne… tu ne dis rien… Ca t’excite d’avoir mal…Il porte deux doigts à ma bouche… – Suce, lèche vieille pute… Montre-moi que tu aime sucer…Je salive le plus possible sur ses doigts. Une fois ressorti de ma bouche il vient masser ma rondelle et m’enfile rapidement un puis le deuxième doigt dans mon petit trou. – Ca rentre facile, tu as l’habitude de te prendre tes bites toi ? Tu as une vrai chatte de salope hein? Ses doigts me fouillent et écarte mon anus de façon viril… je gémis, je commence à sentir les prémices du plaisir… prise entre sa main gauche qui me martyrise les tétons et sa main droite qui me branle avec vigueur le cul.- Fais voir ton gode. Je lui tends le sexe toy, une belle verge de 20×5 noire avec des testicules. Il le prend en main et me tape le cul avec. Il le glisse entre mes lèvres et l’enfonce profondément dans ma gorge. J’ai un hoquet tellement il force. Je salive à fond car je me doute de ce qu’il va faire… Il me plante le gode dans mon trou jusqu’aux couilles directement… Je crie de surprise et aussi de douleur…- Tu peux gueuler salope… Il n’y a que nous…Tout à coup j’ai peur, il est vraiment violent et nous sommes perdus au milieu de rien…Il fait de rapide va et viens alors que je suis debout cambrées lui derrière. Il me pince les tétons en activant le gode dans mon anus sans aucune douceur. Il force le gode le plus loin possible et s’arrête. Il remonte ma culotte le plus haut possible de façon à laisser le jouet enfoncer au maximum dans mon cul… De cette façon je suis prise sans pouvoir me dégager.- Allez viens me sucer vieille pute… accroupi toi devant moi ! Je suis déjà plus dans mon élément… en me mettant à genoux je sens le gode pousser dans ma chatte par ma culotte qui me comble. Je n’avais pas vu qu’il avait sorti sa queue… Woah ! une belle pièce… En général, et je parle par expérience, les mecs violents comme lui ont une petite bite… Mais là, il a une superbe queue, plus grosse et plus longue que le gode… S’il veut ma petite porte, je vais déguster. Il me prend par les cheveux et m’attire vers escort hatay son bas ventre. Il sent un peu fort, je lèche son braquemerd sur toute la longueur et ouvre la bouche pour avaler et sucer le gland. Mais tout de suite il plaque mon visage dans ses poils pubiens. Il pousse sa bite au fond de ma gorge… j’ai des hauts le cœur qui ne le freine pas il continue ! je n’apprécie pas trop mais le laisse faire… Je reprends la main et le suce en le branlant … Je le suce longtemps alternant moment ou il me baise littéralement la bouche et moment ou j’impose le rythme… Je pensais le faire cracher rapidement, mais il se retient. Je commence à avoir mal à la mâchoire et lui demande d’arrêter en me relevant. Splach ! Je prends une gifle magistrale et déséquilibrée sur mes hauts talons je tombe sur le bureau… Ce jeu ne me plait plus du tout. – Ca ne va pas non ! Si tu n’arrive pas à jouir, ça n’est pas de ma faute pauvre mec… Je suis folle… qu’est-ce que j’ai dis… Paf… Je reprends une gifle.- Sale pute… tu vas voir si je ne suis pas un homme… Il me prend par les poignets, me fais trébucher et me traine vers les outils. En quelques minutes, j’ai les poignets liés et il me hisse à une poulie. Je me retrouve totalement entravée, suspendue au plafond. Heureusement avec mes talons je touche encore le sol. J’ai vraiment peur, dans quelle galère t’es tu fourrée ma pauvre Valérie… Ca devait arriver un jour… Et pourtant, même dans cette situation je suis excitée… Il fouille sur le bureau puis reviens vers moi. Il a trouvé deux pinces d’architecte qui servent à tenir les plans. Il dégage mes pointes de seins des bonnets de mon soutien-gorge, pince mes tétons puis y fixe les pinces… la douleur est fulgurante… et excitante. Il faut dire que je suis habituée à me travailler les seins… Il retourne au bureau et revient avec une longue règle plate et commence à me taper les fesses, l’intérieur des cuisses, le dos. En même temps il tire sur les pinces m’arrachant des gémissements de douleur mais aussi de plaisir…Il s’en aperçois. – Mais t’aime ça sale garce… Il porte sa main à mon sexe.- Ca t’fais bander putain… Eh oui, je sens la chaleur dans mon bas ventre sans parler de mon anus distendu par le gode. Il étire de plus belle mes pointes de seins puis dégage ma queue sur le côté de mon slip. J’ai une belle érection, la douleur, la situation… Il me branle et alors que je ne m’y attendais pas du tout, se penche sur ma queue dressée et la prend en bouche… le plaisir est fou. D’une main il se remet à activer le gode… Je ne pense plus à ma peur… le plaisir est trop intense… Enculée, sucée, branlée…- Arrête c’est trop fort…- Tu voudrais que j’te baise maintenant…- Oh oui… Ouiiiiiii… – Regarde moi dans les yeux et demande le moi !” – Baise moi maintenant comme une chienne, encule moi comme une pute… Il passe dans mon dos, arrache ma culotte (heureusement c’est du Taty…) retire d’un coup sec le gode et le remplace par son énorme bite… Je ne m’étais pas trompée, il doit forcer pour me la mettre… et la position n’est pas aisée. Alors, il me soulève et m’empale sur son pieux… quelle force.- Hummm… Ouiiiiiiiiiiiii… Je gémis de bonheur. – Oui j’aime quand les salopes comme toi gémissent… vas y couine vieille pute tu peux y aller.Il me lime sans ménagement en claquant les fesses…et je gémis pousse des petit cris, – Ah salope quelle pute !! quel cul tu as, ma salope … elle est bonne ma queue ? Tu es ma grosse pute ? – Oui c est bon… Continue!! Prends bien ma petite chatte de travelo… Hummm elle est bonne ta grosse queue dans mon cul !! Pour être plus à l’aise il me détache et me pousse à coups de bite vers le bureau. Appuyée contre le meuble, je tends ma croupe. Sa queue entre et sort facilement il crache sur mon trou et me lime de toute sa longueur et après de longue minutes de pilonnage il se retire laissant mon trou béant et me fais mettre a genoux. – Ouvre la bouche salope hatay escort bayan et avale tout vieille pute … Je présente ma bouche grande ouverte et tire la langue devant son gland gonflé. Sa première giclée m’asperge le visage et les 4 autres se posent sur ma langue et dans ma bouche. Un sperme épais et crémeux… J’avale toute sa semence… J’adore …il me frotte la bite sur le visage et étale le sperme sur mes joues pendant que je lèche et nettoie sa queue qui vient de me défoncer les fesses. Il se recule, s’appuie sur le bureau et contemple son œuvre… le sperme dégouline au coin de ma boche, mon mascara à coulé… Je me relève et m’approche de lui, avec douceur je l’embrasse doucement, lèche ses lèvres. Comment mon tortionnaire si viril peut-il devenir si fragile… et moi pauvre gourde qu’est-ce que je fais. Je m’installe à califourchon sur ses cuisses, mon ventre nu encore tendu vient frotter contre son pubis. Je colle mon visage encore maculé de sperme contre le sien et murmure…- Oh mon chériiii… C’était trop bon… – Oh mon dieu… tu as vu ce que je t’ai fais… C’est monstrueux, c’est à chaque fois la même chose, je ne me contrôle plus… un jour…- Ne t’en fais pas… j’ai eu peur mais tu n’as pas été trop loin… c’était… C’était follement divin…- Pour moi aussi c’était tellement fou… mais je me fais peur.- Ca va aller… Ne t’inquiète pas je ne dirai rien…- mais tu en as encore envie… Il vient de réaliser que mon membre est dur et tendu à l’extrême contre son sexe, son sexe qui lui aussi commence à donner des signes de réveil.Pour lui prouver que je ne suis pas rancunière, je l’embrasse à pleine bouche, ma langue s’insinue entre ses lèvres et s’enroule autour de la sienne. Je frotte mon ventre contre sa queue (je suis vraiment une chienne).- Caresse-moi ! Mets ta main. Il obéit et me masturbe doucement…- Oh je voudrais… Te…J’ai deviné, un homo refoulé qui n’ose pas s’avouer son goût des hommes…- Viens… Viens mon chou.Je change de position et m’appuie fesses contre le bureau, sexe fièrement érigé. Je le guide en appuyant sur ses épaules. Il prend ma verge dans sa bouche, lèche et suce avec maladresse et gourmandise. Dans l’état dans lequel je suis il ne faut que quelques minutes avant que le plaisir ne monte. C’est à son tour d’être aspergé de foutre. Il se relève avec cette fois un beau sourire.Entre 2 baisers je lui murmure un merci.- Oh non, c’est moi qui te remercie. Tu n’es pas une vieille pute, mais une femme magnifique et merveilleuse. Je me rhabille comme je peux, ma jupe est tachée, mes bas déchirés et bien sur je n’ai plus de petite culotte. J’essaye d’arranger mon visage dans un miroir au dessus d’un lavabo, oh le salop ! il m’a quand même bien arrangé, entre les trainées de foutre, le maquillage de pute qui a coulé et la paire de gifle il y a du travail.Il me propose gentiment un café (je n’avais pas vu la machine) et en fumant une cigarette nous discutons un peu. En fin de compte il est plutôt gentil, paumé… Il m’avoue aimer le sexe à outrance et en particulier la sodomie mais que sa femme refuse (je la comprends… avec son calibre il lui faudrait un sacré entrainement), il aime les hommes aussi mais en a honte et bien sur les travestis qu’il humilie mais en réalité qu’il envie. Je lui propose de garder le contact et que je pourrai peut-être l’aider. Mon offre est totalement intéressé, je suis follement amoureuse de son gros chibre… On se quitte bons amis en se promettant de garder contact. Un dernier baiser, une dernière caresse (si j’avais une culotte elle serait trempée… Salope va) et je rentre chez moi. Il m’a fallu presque une semaine pour vraiment me remettre de cette séance. Entre les marques des gifles sur mon visage, les traces de coups sur mes fesses et mon dos, sans parler de mes pointes de seins qui me brulaient, autant vous dire que la semaine a été calme. Mais dès que je repense à cette après-midi, j’ai une érection… Quel plaisir, quelle folie… adepte du SM, je crois que j’étais autant excitée par la douleur que par la peur de l’inconnu, peur de ne pas savoir jusqu’ou il irait… je suis vraiment folle. Et son calibre… quelle bite majestueuse…